Faits divers – Justice

Bertrand Cantat : "J'ai commis l'irréparable"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde mercredi 23 octobre 2013 à 12:17

Bertrand Cantat sur scène
Bertrand Cantat sur scène © Maxppp

L'ex leader bordelais du groupe Noir Désir s'exprime dans une longue interview aux Inrockuptibles ce mercredi. Alors que son nouvel album est attendu le 25 novembre sous le nom de Détroit, Bertrand Cantat évoque pour la première fois de manière approfondie le drame de Vilnius.

C'est une longue interview de trois pages qu'a donné Bertrand Cantat au magazine Les Inrockuptibles  publié ce mercredi. Dix ans après la mort de Marie Trintignant et un mois avant la sortie de son album publié sous le nom de Détroit, le chanteur bordelais s'exprime pour la première fois sur le drame de Vilnius.

"Je ne suis pas dans le déni de ce qui s'est passé, je sais que j'ai commis l'irréparable. Je n'ai jamais fui ma responsabilité. Sauf peut-être en cherchant à mourir."

Bertrand Cantat revient pour la première fois sur les circonstances du drame. Il affirme n'avoir "rien compris à ce qui s'est passé dans l'action. Je ne me souviens plus dans quel état on était , et pas seulement émotionnellement".

Des idées de suicide

L'ancien leader de Noir Désir parle également de suicide, très vite après le drame.

"Après avoir accompagné Marie à l'hôpital, j'ai été viré et je suis revenu à l'appartement. Pour me flinguer."

Condamné à huit ans de prison pour le meurtre de Marie Trintignant, Bertrand Cantat a été libéré en 2007. Et ne s'est jamais réellement expliqué jusqu'à aujourd'hui.

"J'ai su très vite que je ne pourrais pas m'expliquer. Mes remords, ma souffrance, ma sensibilité, ça ne marchait pas dans cette histoire."

Et il met en cause les medias, afirmant avoir été "dépossédé de son histoire"  :

"Il ne fallait que du sordide, tout ce qui était beau a été occulté. Je suis devenu cet assassin qui tue sciemment."

Bertand Cantat évoque également le suicide de sa femme Kristina Rady en 2010. Sur les dernières demandes d'une avocate souhaitant que le chanteur soit poursuivi par la justice, il parle de "raccourcis et d'accusations délirantes. C'est abject d'être devenu le symbole de la violence contre les femmes" .

"J'ai envisagé de changer de voie"

Bertrand Cantat publiera son album le 25 novembre prochain sous le nom de Détroit. C'est le fruit du travail réalisé avec le bassiste Pascal Humbert, désormais également installé à Bordeaux dans le quartier Nansouty.

Avant de revenir avec ce projet, Bertrand Cantat a beaucoup réfléchi. "J'ai envisagé de changer totalement de voie, de reprendre des études ou de travailler le bois" . Il y a eu également la séparation de Noir Désir en 2010. "J'avais besoin de liberté. Noir Désir était devenu une autre prison , où il fallait demander l'autorisation pour chanter."

Aujourd'hui, le nouveau projet a donc pris corps. Bertrand Cantat est sorti de ce qu'il compare à une "paralysie" . "Il a fallu tout analyser, avec de l'aide, pour recommencer. À quoi bon sortir un disque si c'est pour se faire défoncer ? Mais un truc a fini par surgir de ces questions, de ce combat."