Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Péchier à Besançon : un anesthésiste soupçonné d'empoisonnement sur des patients

Besançon : l'anesthésiste Frédéric Péchier placé en garde à vue pour de nouveaux soupçons d'empoisonnements

Le docteur Frédéric Péchier, médecin anesthésiste, est de nouveau placé en garde à vue à Besançon. Déjà poursuivi pour sept empoisonnements, il doit s'expliquer sur une dizaine de nouveaux cas suspects.

Le docteur Frédéric Péchier est de nouveau placé en garde à vue ce mardi à Besançon
Le docteur Frédéric Péchier est de nouveau placé en garde à vue ce mardi à Besançon © Maxppp - OLIVIER LEJEUNE/PHOTOPQR

Besançon, France

Le docteur Frédéric Péchier est de nouveau placé en garde à vue, ce mardi, à Besançon, dans les locaux de la police judiciaire. Déjà mis en examen pour sept empoisonnements, il est entendu pour une cinquantaine d'autres cas. Il est auditionné dans le cadre d'une enquête préliminaire conduite depuis deux ans.

Sept cas, dont deux décès

L'anesthésiste bisontin est déjà poursuivi depuis mars 2017 pour avoir empoisonné avec préméditation sept patients, entre 2008 et 2017. Deux d'entre eux sont morts. Les sept victimes, âgées de 37 à 53 ans, étaient hospitalisées dans deux cliniques privées de Besançon, la clinique Saint-Vincent et la Polyclinique de Franche-Comté. A chaque fois, les patients ont reçu des doses létales de potassium et d'anesthésiques et se sont trouvés en arrêt cardiaque. Les enquêteurs soupçonnent l'anesthésiste d'avoir modifié les poches d'injection de ses confrères pour créer des incidents opératoires. Il était ensuite appelé en urgence, posait le diagnostic et ranimait les patients.

Il clame son innocence

Depuis le début de cette affaire, le docteur Frédéric Péchier clame son innocence. L'enquête préliminaire ouverte depuis deux ans est distincte de l'information judiciaire dans laquelle Frédéric Péchier a été mis en examen. Il était libre et placé sous contrôle judiciaire, avant cette nouvelle garde à vue.