Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Besançon : l'ex-entraîneur de rugby condamné à 10 ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur de jeunes joueurs

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Reconnu coupable de viols et d'agressions sexuelles sur deux jeunes joueurs de son club, un ex-entraîneur de rugby a été condamné ce mercredi soir à 10 ans de prison ferme par la cour d'assises du Doubs. Les victimes avaient entre 13 et 15 ans au moment des faits.

La salle d'audience de la cour d'assises du Doubs à Besançon.
La salle d'audience de la cour d'assises du Doubs à Besançon. © Radio France - Christophe Mey

En condamnant l'accusé à 10 ans de prison ferme, les jurés de la cour d'assises du Doubs sont allés au delà des réquisitions de l'avocat général, qui avait demandé à l'encontre de l'éducateur sportif une peine de 8 ans de prison ferme. Une peine, après deux jours de procès,  pour "restituer à ces jeunes  toute leur innocence, pour leur dire que ce sont eux les victimes", avait réclamé le procureur Etienne Manteaux.  La culpabilité de l'ex-entraîneur ne faisait aucun doute, il avait reconnu les faits dès son placement en garde à vue en 2013, c'est donc l'importance de la peine qui a été au centre de la délibération des jurés. Les deux victimes, âgées de 13 à 15 ans à l'époque des agressions et des viols, sont aujourd'hui adultes, mais 15 ans après les faits, elles restent profondément marquées par ce qu'elles ont vécu. Tout au long des débats, la principale victime, qui outre des agressions sexuelles a subi des viols répétés pendant presque 2 ans, a du mal a contenir sa colère et quitte régulièrement la salle pour faire baisser la pression. 

En face, l'ancien éducateur sportif semble particulièrement détaché, incapable d'exprimer ses émotions selon son avocat, il répond aux questions froidement, de façon laconique. "C'est parce qu'il est tétanisé par ces deux jours d'audience" tente de convaincre son défenseur Me Yacine Hakkar. Il s'adresse aux jurés en leur demandant de tenir compte du changement qui s'est opéré en 15 ans chez cet homme. Il a pris conscience de la gravité de ses actes,  il se dit prêt à en payer le prix, il suit depuis plusieurs années une thérapie et lors du procès il a demandé pardon à ses victimes. 

Mais sa ligne de défense fait bondir le procureur. Pour lui, l'accusé a abusé de son ascendant sur ces jeunes, il avait un vivier à sa disposition, il a choisi les plus faibles, les plus fragiles."Et il ose nous dire qu'il ne savait pas que c'était interdit!" tonne Etienne Manteaux. Car c'est ainsi que l'ex-entraîneur tente de justifier ses agissements, il affirme qu'à l'époque des faits il ne se rendait pas compte qu'il était hors la loi.  Cet homme se ment à lui-même, dit le procureur, "on est encore loin d'une vraie prise de conscience". Les jurés ont visiblement été sensibles à ces arguments: l'accusé de 46 ans, qui était sous contrôle judiciaire depuis 2013 et qui comparaissait libre, a passé ce mercredi soir sa première nuit en prison. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess