Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Besançon: les auteurs présumés des agressions homophobes du parc Micaud nient toute implication

mercredi 26 septembre 2018 à 19:57 Par Christophe Mey, France Bleu Besançon et France Bleu

Six jeunes âgés de 15 à 19 ans doivent être présentés ce mercredi soir à un juge d'instruction à Besançon. Ils sont soupçonnés d'être les auteurs de huit violentes agressions cet été au parc Micaud. Certaines de ces agressions étaient accompagnés de propos homophobes.

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux et le directeur départemental de la sécurité publique Benoît Desferet.
Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux et le directeur départemental de la sécurité publique Benoît Desferet. © Radio France - Christophe Mey

Besançon, France

Les agresseurs présumés du parc Micaud à Besançon doivent être présentés ce mercredi soir, au lendemain de leur placement en garde à vue, à un juge d'instruction bisontin.  Deux  jeunes majeurs et quatre mineurs, soupçonnés de 8 violentes agressions au cours de l'été dans ce parc connu pour être un lieu de rencontre nocturne. Un seul d'entre eux reconnait avoir été présent mais il dit n'avoir pas porté de coups , les autres nient toute implication dans cette série d'agressions en juillet et août. 

L'enquête se poursuit

En apprenant que les auteurs présumés avaient été interpellés, une huitième victime s'est manifestée auprès de la police, elle a reconnu  3 des individus comme étant ses agresseurs. Il s'agit de jeunes issus de différents quartiers de Besançon, ils ont l'habitude de se retrouver au centre ville. Le plus jeune a un peu plus de 15 ans, il y a un an, à 14 ans et demi, il avait déjà été condamné à 10 mois de prison avec sursis pour une agression au parc Micaud. Une bande à la composition mouvante, d'autres personnes doivent encore être entendues et  l'enquête n'est pas terminée.

C'est la raison pour laquelle les six individus ne seront pas jugés en comparution immédiate, mais présentés à un juge d'instruction ce mercredi soir, en vue d'une mise en examen pour violences en réunion commises en raison de l'orientation sexuelle. Pour trois d'entre eux, le parquet a requis une mise en détention provisoire.

On est clairement dans un contexte homophobe" - Etienne Manteaux, procureur de la République.

Concernant le caractère homophobe des agressions, 6 des 8 victimes disent avoir entendu leurs agresseurs proférer des propos homophobes, d'où la qualification retenue par le parquet. "De là à dire que c'était le motif initial, c'est un peu complexe" estime Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon. _"_Il y a un contexte clairement homophobe, mais ce n'était peut être pas le motif unique et principal des passages à tabac."

Les services de police, agissant sur commission rogatoire du juge d'instruction,  vont désormais entendre d'autres personnes et procéder à des confrontations pour tenter de déterminer qui a fait quoi.

Etienne Manteaux, procureur de la République: "il y a encore des zones d'ombre"