Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Besançon : neuf étudiants au tribunal pour des dégradations lors d'une manifestation à l'université

jeudi 8 mars 2018 à 15:49 Par Anne Fauvarque, France Bleu Besançon

Un rassemblement a eu lieu ce jeudi matin devant le palais de justice de Besançon en soutien à neuf étudiants convoqués par la justice. Il leur est reproché des "dégradations en réunion" lors d'un CA à l'université.

Sit-in improvisé de 70 étudiants et militants syndicaux devant le palais de justice de Besançon, rue Mégevand,  ce jeudi matin.
Sit-in improvisé de 70 étudiants et militants syndicaux devant le palais de justice de Besançon, rue Mégevand, ce jeudi matin. © Radio France - Anne Fauvarque

Besançon, France

Environ 70 étudiants et militants syndicaux ont bloqué la rue Mégevand à Besançon ce jeudi matin. Ils ont fait un sit-in devant le palais de justice en soutien à neuf de leurs collègues convoqués par le délégué du procureur. Les bus ont dû être déviés pendant plus d'une heure.

Le 14 février 2017, 19 étudiants, lycéen et militants syndicaux avaient envahi le conseil d'administration de l'université de Franche-Comté, pour protester contre la mise en place de la sélection en master. Cela s'était soldé par une garde à vue de 24H pour 17 d'entre eux, et de 45H pour deux autres.

Des dégradations contestées par les étudiants

L'affaire aurait pu en rester là, mais neuf étudiants ont reçu une convocation au tribunal de grande instance de Besançon pour une composition pénale, ce jeudi, pour "dégradations en réunion". Dégradations dans la salle du CA de l'université, faites selon les étudiants et syndicats, par la police lors de son évacuation musclée. 

La composition pénale est une alternative aux poursuites. Il a donc été proposé aux étudiants un stage de citoyenneté (d'un montant de 130 euros environ), un délai de 10 jours pour l'accepter ou non, ou enfin de refuser le stage, auquel cas le procureur pourra entamer des poursuites devant le tribunal correctionnel.  

Dans le calme, les étudiants se sont installés en pleine rue, le long du palais de justice. - Radio France
Dans le calme, les étudiants se sont installés en pleine rue, le long du palais de justice. © Radio France - Anne Fauvarque

"La procédure normale aurait été de nous convoquer devant le tribunal correctionnel, explique l'un des étudiants convoqués, donc ce qu'on nous a dit c'est que c'était une faveur de nous convoquer en composition pénale. D'un côté, ça peut être vrai, ça leur permet de libérer un peu les tribunaux. Mais d'un autre côté, la composition pénale soit on l'accepte, soit on refuse et ça peut être beaucoup plus grave. Et on peut surtout pas se défendre

Il s'agissait d'un acte militant", l'un des étudiants convoqués

Car l'étudiant n'en démord pas : "C'était un acte militant, un acte politique, dit-il. Les dégradations en question c'était presque rien. C'est complètement démesuré par rapport aux sanctions qui sont proposées. Personnellement j'ai accepté, ajoute-t-il, mais je garde ma conscience pour moi. Je sais ce que je fais ce jour-là et je sais que la justice n'était pas très juste aujourd'hui". 

Accepter la sanction, ce n'est pas reconnaître ma culpabilité", Jean-Baptiste, étudiant

Un autre de ses camarades, Jean-Baptiste, a lui-aussi accepté la peine alternative mais "pour moi, explique-t-il, ce n'est pas reconnaître ma culpabilité. J'en ai marre et je voulais en terminer avec cette histoire. J'effectuerai un stage de citoyenneté dans l'année. Ça se passera sur une journée, au tribunal, un espèce de cours d'éducation civique", ajoute Jean-Baptiste en souriant.

Les neuf étudiants n'ont pas tous accepté le stage de citoyenneté.