Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Besançon : procès en appel d'Eric Desnoue pour le meurtre de sa femme

-
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard

Eric Desnoue, chauffeur routier de Bourogne, comparaît à partir d'aujourd'hui devant la cour d'appel de Besançon, pour le meurtre de sa femme. Ses ossements avaient été découverts huit mois après sa mort dans une forêt d'Urcerey.

Le corps avait été retrouvé dans une forêt d'Urcerey dans le Territoire de Belfort
Le corps avait été retrouvé dans une forêt d'Urcerey dans le Territoire de Belfort © Maxppp - .

Besançon, France

Le fait divers avait marqué le Nord Franche-Comté : en août 2013, des ossements humains avaient été découverts en forêt d'Urcerey dans le Territoire de Belfort. Le corps d'une femme de 52 ans, boulangère de métier et diminuée par la maladie. L'enquête avait permis de confondre le mari : Eric Desnoue. Un chauffeur routier qui avait signalé la disparition de son épouse, au retour d'un déplacement professionnel. Il avait avoué les faits mais plaidé l'accident.   

25 ans de réclusion en première instance

En avril 2018, il a été condamné par la cour d'assises de Vesoul à 25 ans de réclusion criminelle pour meurtre aggravé par conjoint. C'est ce procès qui se rejoue ce lundi et ce mardi à Besançon. Parmi les mystères de ce dossier : les causes de la mort de Françoise Saffer, qui n'ont jamais pu être déterminées, car les ossements n'ont été retrouvés que huit mois après sa mort. En revanche, l'enquête  a accablé le mari : des traces de sangs relevés à son domicile, des comptes bancaires de la victimes vidés, un téléphone qui borne à l'endroit de la disparition, une volonté du suspect de s'installer chez lui avec sa maîtresse.

Au procès en appel qui s'ouvre ce lundi à Besançon, la défense tentera de rejouer les zones d'ombres de cette enquête. Le verdict est attendu mardi soir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu