Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Elle retourne derrière les barreaux pour escroquerie dans le Biterrois après 37 ans de prison

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Une retraitée de Béziers, devenue une vraie professionnelle de l'escroquerie, a été condamnée à sept ans de prison ferme. Elle a déjà passé 37 ans en prison.

Salle d'audience du Palais de Justice de Béziers
Salle d'audience du Palais de Justice de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Béziers - France

Une Biterroise de 69 ans, interpellée en avril dernier, a été condamnée ce mercredi à sept ans de de prison ferme par le tribunal correctionnel de Béziers. Josiane, était poursuivie avec son compagnon pour escroquerie. Son parcours est un peu atypique car cette femme, experte-comptable de profession, a déjà été condamnée à 37 années de prison pour des escroqueries à répétition. 

Une retraitée plutôt habile dans la falsification de documents avait pris pour habitude de dérober les papiers d’identité et autres documents administratifs appartenant à des personnes fragiles dont elle gagnait la confiance. Elle s'était fait passer notamment pour un ancien procureur de la République. Elle ouvrait ensuite des comptes bancaires ou encore faisait des crédits à leur nom. 

Des dizaines de milliers d’euros ont ainsi été détournés entre 2012 et 2018. 25 victimes ont été identifiées à Béziers, Sète, Montpellier, mais aussi Rennes ou Tours.

Evelyne a été abusée alors qu’elle venait de perdre son mari. Installée pas bien loin, elle s’est liée d’amitié avec Josiane

La femme et son compagnon ne se privaient pas vraiment en mangeant de manière régulière aux meilleures tables biterroises. Les additions pouvaient dépasser certains mois les 2.000 euros. "Vous avez un goût culinaire remarquable" fait remarquer  le président du tribunal. Vous passez votre temps à vous régaler, à voyager..."

Installés depuis peu à Colombier, pas bien loin de Béziers, ils s'offraient des voyages réguliers en Catalogne notamment, sans compter des achats multiples dans des magasins de grandes marques. Ils s'étaient même offert une voiture luxueuse à crédit, mais ils ne réglaient pas les mensualités. 

Ils dépensaient ce qui ne leur appartenaient pas

La femme décrite comme mythomane, narcissique, mais aussi empathique, souriante, a su se faire apprécier de ses victimes. Sa cible : des personnes fragiles, vulnérables en situation difficile. Profitant de déplacements à leur domicile, elle substituait les papiers d’identité. Elle falsifiait ensuite les documents. 

"Vous êtes une rapace des cartes d’identité. Je ne pensais qu’on pouvait faire autant de cartes bancaires en une seule journée." 

Les banques et les organismes de crédit n’ont pas été très exigeants sur la qualité des papiers transmis. Les comptes et les crédits étaient tous aux noms des victimes. Les prêteurs se sont alors retournés contre ces dernières pour se faire rembourser.

Christine habite Sète. Elle a été abusée après avoir invitée "son amie" en vacances.  Elle est aujourd'hui fichée à la Banque de France. 

"J'en veux beaucoup aux Organismes de crédits et aux Banques qui ont ouvert des comptes et accordé des crédit avec ma carte d'identité. Je ne lui ressemble pourtant pas"

Certaines victimes avaient des comptes dans plusieurs banques. C'est intolérable, dit Jean-Philippe Rey, le substitut du procureur : "Ce type de faits pourrit la vie des gens.  Votre attitude est détestable. Si l’on devait établir un classement des meilleurs clients TripAdvisor, vous seriez en haut de la pyramide."

Une prédatrice d'une cruauté incroyable

Josiane a reconnu la quasi-totalité des escroqueries, présentant ses excuses, mais n’expliquant pas pourquoi elle avait agi ainsi. Son casier judiciaire était rempli dès l’âge de 27 ans. Elle ne s’est pas vraiment arrêtée ensuite, multipliant les escroqueries après chaque sortie de prison.

"Votre savoir-faire est remarquable " ajoute Jean-Philippe Rey. "Vous n’avez pas manqué d’imagination pour violer l’intimité de vos victimes. On dit que la sagesse vient avec les années. Ce n’est décidément pas votre cas. C’est pathétique."

Le compagnon, sans casier judiciaire, dit n’avoir rien vu, étonné évidemment de ce train de vie très inhabituel. Pourtant il n’a pas hésité à fournir de fausses attestations quand elle le lui a demandé.

"J’ai profité. J'y ai pris goût, mais sans regarder. Je ne pouvais pas imaginer une telle escroquerie."

Ses arguments n'ont pas vraiment convaincu. Ni le procureur, ni le tribunal, même si ces derniers font remarquer une certaine naïveté. "Vous vous êtes gavé comme une autruche" lui fait remarquer à plusieurs reprises Luc Barbier. 

Ce dernier est condamné à deux ans de prison dont une année ferme. Et une obligation de rembourser les victimes.