Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Biarritz : arnaque à la carte bleue par téléphone

-
Par , France Bleu Pays Basque

Cinq personnes âgées à Biarritz ont été les victimes d'une escroquerie à la carte bancaire. Des inconnus se présentant comme policiers téléphonaient à leurs victimes pour se faire communiquer les numéros des cartes et réaliser ensuite des achats sur internet.

Carte bancaire (illustration)
Carte bancaire (illustration) © Radio France

L’entourloupe était minutieusement préparée, les victimes repérées pour leur âge et le modus operandi réfléchi de longue date. Lundi 31 août dans l’après midi, un homme se faisant passer pour un policier du commissariat de Biarritz, téléphone aux victimes. Ce sont toutes des personnes âgées de 80 à 90 ans. Sous prétexte que leurs cartes bancaires ont été piratées, et sous couvert de contrôle, il se fait communiquer les numéros des cartes, les cryptogramme et la date d'expiration. Dans la manœuvre l'escroc extorque aussi les codes de sécurité bancaire envoyés par SMS sur les téléphones mobiles des retraités.

Numéros de cartes bancaires dérobés par téléphone

Un complice réalise alors rapidement des achats sur internet. Les montants varient entre 1.000 et 2.500 euros par victime. Avant de raccrocher le faux policier demande aux personnes âgées de se présenter le lendemain dans les locaux du commissariat à partir de 15h afin de régulariser leur situation. C'est donc 24h plus tard que les victimes ont débarqué au commissariat à tour de rôle. Rapidement les vrais policiers prennent conscience de l'arnaque et en informent les victimes qui déposent plainte. C'est le début d'une enquête qui s'attache à repérer d'où provenaient les appels téléphoniques. Il faut rappeler qu'en aucun cas la police ni la banque ne demande de fournir son numéro de carte bancaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess