Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Biarritz : François Amigorena inéligible pour trois ans

lundi 10 septembre 2018 à 15:58 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

L'éphémère candidat aux législatives en 2017, avait retiré sa candidature, sans renvoyer son carnet de dons. Le Conseil Constitutionnel l'empêche de participer aux prochaines élections municipales.

Après avoir été adjoint au maire, François Amigorena siège maintenant dans l'opposition
Après avoir été adjoint au maire, François Amigorena siège maintenant dans l'opposition © Radio France - Jacques Pons

Biarritz, France

François Amigorena, alors adjoint au maire de Biarritz, s'était porté candidat aux législatives de 2017. Une candidature destinée à manifester son mécontentement contre son parti, LREM ( La République En Marche). Il s'en explique dans l'interview du matin de France Bleu Pays Basque. La République en Marche attribue l'investiture à un proche du MoDem, le maire de Cambo Vincent Bru. Après quelques jours, le différend politique se termine par un retrait de la candidature de l'élu biarrot. Il ne fait pas campagne, il n'imprime pas de bulletins... mais il oublie de restituer les "carnets de reçus-dons", un document fourni à chaque candidat par la Préfecture.

Une négligence

"Je les ai mis à la poubelle", reconnait piteusement François Amigorena auprès de la commission des comptes de campagne en comptant sur sa clémence. Mais le dossier est transmis au Conseil Constitutionnel, qui a la main lourde : trois ans d'inéligibilité. C'est à mettre en parallèle avec les cinq ans de privation de candidature prononcés contre Alain Juppé condamné pour avoir fait salarier sept permanents du RPR par la mairie de Paris.