Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Biarritz : l'école de la jeune fille gravement blessée au visage dénonce l'armement "disproportionné" de la police

-
Par , , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Une jeune fille de 18 ans a eu la joue déchirée, la mâchoire fracturée et des dents arrachées à cause d'un tir de flashball, affirment ses amis. Les faits se sont produits mardi 18 décembre, pendant les manifestations contre le G7. Son école la soutient et remet en cause l'armement de la police.

Les manifestants étaient peu nombreux face au dispositif policier
Les manifestants étaient peu nombreux face au dispositif policier © Radio France - Andde Irosbehere

Biarritz, France

La mâchoire fracturée, la joue déchirée, et des dents expulsées. Ce sont les dégâts causés par un tir de flashball sur le visage d'une jeune fille, mardi 18 décembre, pendant les manifestations contre le G7.

Elle n'était pas menaçante

Elle est étudiante à l'Ecole Supérieure d'Art du Pays Basque, et justement, l'ESAPB était fermée mardi à cause de la visite de Jean-Yves le Drian et Nathalie Loiseau, les ministres des Affaires Etrangères et des Affaires Européennes qui s'adressaient à une centaine d'ambassadeurs en préparation du G7 à Biarritz. La directrice, Delphine Etchepare, affirme: "moi je sais qu'elle n'était pas armée, pas menaçante, elle était là en train de filmer avec son téléphone portable et elle a reçu un tir de flashball". "Cette blessure est grave, et pour moi il était impensable que l'école ne réagisse pas

Un armement disproportionné

L'enseignante fait le parallèle avec Antoine, le jeune Bayonnais du quartier Sainte Croix , blessé à Bordeaux  le 8 décembre dernier. Il avait ramassé une grenade qui a explosé dans sa main, il est amputé depuis. Pour Delphine Etchepare, "la manière dont est armée la police contre ces manifestants est complètement disproportionnée par rapport à la menace en face, et en 15 jours on a deux jeunes qui ont des vies traumatisées de façon inadmissible".

Les manifestants se sont rassemblés Place Ste Eugénie - Radio France
Les manifestants se sont rassemblés Place Ste Eugénie © Radio France - Andde Irosbehere

Delphine Etchepare, directrice de l'ESAPB: "la manière dont est armée la police est complètement disproportionnée"

Une enquête ouverte

Le sous-préfet de Bayonne, Hervé Jonhatan, a affirmé sur France Bleu Pays Basque mercredi matin qu'une enquête est ouverte pour savoir ce qui s'est passé au cours de la manifestation de Biarritz. "Il y a eu un blessé hospitalisé. Les forces de l'ordre on reçu différents projectiles et ils ont fait preuve- et je tiens à leur rendre hommage- de sang-froid et de mesure pour répliquer aux manifestants qui se sont exprimés parfois avec violence et donc dans les heurts il y a eu un blessé qui a été hospitalisé". Le représentant de l'Etat n'a pas voulu indiquer si le tir a été réalisé en plein visage comme l'affirment les manifestants: "il y a eu un tir de flashball effectivement, les circonstances précises de la blessure sont encore en cours d'enquête". Il n'y a pas eu d'autres blessé signalé.

Hervé Jonhatan (sous-préfet de Bayonne): "le programme a pu sed érouler comme prévu"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu