Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bidache : les réparations des toitures perforées par les grêlons vont coûter cher

mardi 3 juillet 2018 à 19:04 Par Maëlle Robert, France Bleu Pays Basque

En attendant d'entamer les réparations des toitures qui vont coûter plusieurs dizaines de milliers d'euros aux particuliers, il faut protéger de la pluie ces toits qui ont été perforés par des grêlons de la taille de balles de golf.

Les grêlons ont troué le toit de l'étable de cet agriculteur de Bidache.
Les grêlons ont troué le toit de l'étable de cet agriculteur de Bidache. © Radio France - Maëlle Robert

Pays Basque, France

Les images sont impressionnantes : des toits en tôle en mode gruyère, criblés de trous. Les responsables ? Les grêlons qui sont tombés avec force sur une partie de la commune de Bidache lors des orages ce dimanche.

Des grêlons d'un diamètre impressionnant, gros comme des balles de golf, et qui ont abîmé les toitures d'une cinquantaine d'habitations et de hangars agricoles de Bidache. Ils ont transpercé, perforé de la tôle, des gouttières, des velux, des tuiles. Depuis lundi, les équipes de charpentiers s'activent, perchés à plusieurs mètres de hauteur, pour bâcher les toits : protéger les maisons des intempéries et éviter que l'eau ne s'infiltre.

Deux charpentiers au travail. - Radio France
Deux charpentiers au travail. © Radio France - Maëlle Robert

Une fois que les sinistrés ont protégé leur toit et paré au plus pressé, ils peuvent entamer les démarches auprès des assureurs, pour faire venir les experts. Souvent, les réparations vont coûter cher.

"Il faudra bien entre 50.000 et 60.000 euros pour réparer notre toiture, complètement abîmée, confie Eric retraité et sinistré.  On est assuré bien sûr, mais il faudra payer une franchise, même 25% de cette somme, c'est énorme. On ne sait pas comment on va faire pour s'en sortir."

Les pertes sont aussi très importantes pour les agriculteurs du coin, comme Stéphane : son tunnel de gavage avec 700 canards a été abîmé, son tracteur a pris l'eau, ses champs de maïs ont été saccagés.

La récolte est compromise. - Radio France
La récolte est compromise. © Radio France - Maëlle Robert

Après la pluie cet hiver, les inondations fin mai, la violente averse de grêlons a définitivement miné le moral des agriculteurs.

Pour essayer de mieux faire indemniser les habitants, le maire de Bidache a demandé la reconnaissance de catastrophe naturelle et de calamité agricole auprès de l'Etat.

Ecoutez le reportage diffusé sur France Bleu Gascogne