Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Billale Salatnia condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour avoir poignardé sa femme

jeudi 26 octobre 2017 à 23:41 Par Tommy Cattaneo, France Bleu Isère

Il avait poignardé sa femme enceinte de 25 coups de couteau en novembre 2013. Billale Salatnia, grenoblois de 34 ans, a été condamné ce jeudi à 20 ans de réclusion criminelle par la Cour d'Assises de l'Isère.

Billale Salatnia était jugé pour avoir tué son épouse de 25 coups de couteau.
Billale Salatnia était jugé pour avoir tué son épouse de 25 coups de couteau. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Grenoble, France

Billala Salatnia a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Il était jugé depuis mardi devant la Cour d'Assise de l'Isère. Ce Grenoblois a poignardé de 25 coups de couteau Karima, sa femme enceinte de six mois. C'était en novembre 2013. Durant tout le procès, l'accusé a dit ne plus se souvenir du meurtre, qu'il avait eu un black-out. Mais pour les jurés, le discernement de Billale Salatnia n'était pas altéré au moment du meurtre.

Une amnésie et pas d'explication

C'était pourtant sa ligne défense. Il sait qu'il a tué sa femme, mais selon lui il ne se souvient de cette nuit-là. Billale Salatina est un homme qui travaille beaucoup. Ce soir de novembre, il est fatigué, stressé. Il fume aussi quelques tafs sur un joint. Pour son avocat, tous ces éléments peuvent expliquer sa perte de mémoire. Un des rapports d'experts psychiatre parle de pharmaco-psychose.

"C'est un homme sans histoire, toujours dans le contrôle", rappelle Maître Sauvayre dans sa plaidoirie. "Quand les policiers le trouve le soir du meurtre, il est nu dans son appartement. Il est agité et tient des propos incohérents. Il n'est clairement pas dans son état normal."

"Le plus frustrant, c'est qu'on ne sait toujours pas pourquoi Billala Salatnia a tué Karima" - Gilles Delorme, avocat général.

Un altération du discernement qui n'est autre qu'une "mise en scène" pour l'avocat général. "Son amnésie est à géométrie variable : une fois c'est quelques heures, une autre, c'est deux jours." Il rappelle aux jurés les 25 coups portés avec un couteau de 21,9 centimètre de long. "Ce n'est pas un opinel, l'arme en elle-même démontre l'intention de tuer. "Mais le plus frustrant", poursuit l'avocat général, "c'est qu'on ne sait toujours pas pourquoi Billala Salatnia a tué Karima."

Dans le box l'accusé sanglote, tête baissée. Il a l'occasion de s'exprimer une dernière fois avait juste avant les délibérations. "La peine de prison ne sera rien comparée à ce que j'ai fait subir à ma famille. Le voulais fonder la mienne, c'était mon rêve, et aujourd'hui il est fini." Billale Salatnia a aussi été condamné à un suivi socio-judiciaire de cinq ans lorsqu'il sortira de prison.