Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de 200 participants à une fête clandestine payante dans les Côtes d'Armor

Une fête clandestine rassemblant plus de 200 fêtards dans la nuit de samedi 8 à dimanche 9 mai vers 3 heures du matin à Binic-Etables-sur-Mer (Côtes-d'Armor). Deux personnes soupçonnées d'être les organisateurs ont été placées en garde à vue et 60 personnes ont été verbalisées.

Les gendarmes ont saisi du matériel et la recette de la soirée.
Les gendarmes ont saisi du matériel et la recette de la soirée. © Radio France - Sophie Glotin

Les gendarmes ont été alertés vers 3 heures du matin par des voisins dans la nuit de samedi 8 à dimanche 9 mai. Une fête clandestine a rassemblé plus de 200 participants à Binic-Etables-sur-Mer, dans les Côtes-d'Armor.

En garde à vue pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui

La maison avait été louée sur internet et l'entrée et l'alcool étaient payants. Les participants, originaires pour la plupart de la région, se sont dispersés à l'arrivée des gendarmes. 60 fêtards ont été verbalisés pour des infractions aux règles sanitaires. Deux personnes soupçonnées d'être les organisateurs ont été interpellées et placées en garde à vue pour travail dissimulé, nuisances sonores, non respect des dispositions encadrant les rassemblements festifs musicaux et mise en danger délibérée de la vie d'autrui.

Le matériel a été saisi ainsi que 800 euros de recettes. 25 gendarmes ont été mobilisés pour cette intervention. Le préfet des Côtes-d'Armor Thierry Mosimann appelle à la responsabilité. "Il est encore trop tôt pour renouer avec les fêtes. En cas de découverte de rassemblements interdits, la plus grande fermeté sera systématiquement appliquée", écrit-il dans un communiqué. La situation épidémique reste fragile dans le département, avec 95 personnes hospitalisées dont huit en réanimation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess