Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Biscarrosse : l'Etat réclame 397.000 euros à des parents d'élèves landais

lundi 14 mai 2018 à 18:01 Par Stéphanie Hildenbrandt, France Bleu Gascogne et France Bleu

L'Etat demande quelques 397.000 euros à des parents d'élèves de Biscarrosse. Le ministère de l'Economie réclame sa créance après l'arrêt maladie d'un professeur de sport diffamé par ces mêmes parents. Les faits se sont déroulés en février 2013 au collège de Biscarrosse dans le nord des Landes.

Les faits datent de février 2013.
Les faits datent de février 2013. © Maxppp - PhilippeTurpin

Biscarosse, Mont-de-Marsan, Landes, France

L'Etat réclame aux parents d'élèves de Biscarrosse un peu plus de 397.000 euros. Ce qui correspond à la somme des salaires et des cotisations patronales versés pendant trois ans à l'enseignant calomnié qui s'est retrouvé en arrêt maladie.

Rappel des faits

L'affaire dure depuis février 2013.  Trente-six parents d'élèves accusent alors un professeur de sport du collège de Biscarrosse de brimades, d'humiliations et même de violences physiques. Ils vont jusqu'à écrire au ministre de l'Education Nationale pour alerter de ces méthodes. Ces accusations vont être classées sans suite par le parquet de Mont-de-Marsan. Ces mêmes parents sont alors poursuivis pour diffamation par le professeur calomnié. Ce dernier, complètement détruit et isolé va bénéficier d'un arrêt maladie.

Leur culpabilité a été reconnue. Ils doivent en assumer les conséquences. - Maitre Laure Darzacq, avocate du professeur de sport

En première instance à Mont-de-Marsan comme en appel à Pau, la justice les reconnait coupables de dénonciation calomnieuse.  Ils vont donc devoir verser des indemnités à la victime ainsi qu'à l'Etat. Ce dernier a chiffré son préjudice : 397 000 euros qui correspondent aux salaires du professeur versés pendant ses trois années d'arrêt maladie. Cet arrêt maladie est la conséquence de la calomnie. Le rapport de l'expert psychiatre est formel : "l'arrêt maladie est exclusivement consécutif aux faits de dénonciations calomnieuses dont a été victime ce professeur." Les parents étant à l'origine de la calomnie, ils doivent désormais rembourser l'Etat.

L'Etat et la victime indemnisés

"La créance de l'Etat est importante. Mais tout se paye." commente Maitre Darzacq, l'avocate du professeur de sport. " Cet homme proche de la retraite a été détruit psychologiquement. Il s'est retrouvé isolé socialement, a dû faire face à une violence inouïe, avec l'impossibilité de travailler. Ces parents n'ont pas pris la mesure de ce qu'ils faisaient."

D'ici quelques semaines, la justice landaise se penchera sur l'indemnisation de l'Etat ainsi que celle de la victime.