Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Prise d'otages dans un tabac-presse-PMU de Blagnac : le preneur d'otage maîtrisé en douceur

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Un jeune homme a retenu en otage quatre personnes durant plusieurs heures dans un bureau de tabac-PMU-presse de Blagnac, en Haute-Garonne. Une des femmes retenues en otage a été libérée peu avant 20h. Les autres sont sorties un peu avant 21h. Le preneur d'otage a été interpellé peu avant minuit.

Le forcené a été interpellé vers 23h45 avant d'être placé en garde à vue.
Le forcené a été interpellé vers 23h45 avant d'être placé en garde à vue. © Radio France - Magalie Lacombe

Blagnac, France

Un homme a pris ce mardi après-midi quatre personnes en otage dans un bar-PMU de Blagnac, près de Toulouse. Le preneur d'otage a été interpellé en douceur un peu avant minuit. L'adolescent âgé de 17 ans était sorti du bureau de tabac pour parlementer avec les forces de l'ordre. Il a été maîtrisé sans opposer de résistance. 

Le jeune homme, armé, avait fait irruption peu après 16h dans un bureau de tabac-PMU-maison de la presse, de la place du Plan du Port à Blagnac, dans la banlieue ouest de Toulouse. Il a pris en otage quatre personnes : la patronne de l'établissement et trois employées. Le preneur d'otage, un jeune Blagnacais de 17 ans aurait menacé d'ouvrir le feu si la police intervenait. Il est défavorablement connu des services de police pour des délits de droit commun. 

Peu avant 20 heures, une des otages a été libérée. Des témoins ont vu une femme blonde sortir du bureau de tabac. Les trois derniers otages ont été libérés peu avant 21h. 

Un jeune homme "dépressif" 

Dans la soirée, le procureur de la république de Toulouse a donné des éléments sur le preneur d'otage chez nos confrères de BFM TV, un jeune homme qui a été interpellé lors d'une manifestation des Gilets jaunes en décembre dernier et poursuivi pour "rassemblement en vue de commettre des violences et des dégradations". La perquisition menée chez lui a permis aux enquêteurs de découvrir une lettre qui montre un "état dépressif" selon Dominique Alzéari où il se dit "préoccupé par son état de santé". Le preneur d'otage y aurait aussi signifié sa volonté de commettre un "acte spectaculaire". 

Le préfet de Haute-Garonne, Etienne Guyot, précise : "Nous nous réjouissons que les quatre otages aient été libérées saines et sauves, en bonne santé après de longues heures de négociation". 

"J'ai vu ce jeune homme casqué qui est rentré et qui faisait sortir les gens un à un gentiment"

En fin d'après-midi, le jeune homme a tiré deux fois en l'air, pour faire reculer les forces de l'ordre. Le rideau du commerce a été fermé. Une poignée d'hommes de la Bac était positionnée près du bâtiment. Le RAID de Paris s'est rendu sur place, en renfort de celui de Toulouse. Les démineurs étaient sur les lieux également.

Patrick, un client du PMU, que le preneur d'otage avait fait sortir rapidement, raconte à France Bleu Occitanie : "J'ai vu ce jeune homme casqué qui est rentré et qui faisait sortir les gens un à un gentiment. Quand mon tour est venu, je lui ai demandé pourquoi. Il m'a dit que c'était mieux pour moi. Par contre, il avait une caméra. La personne qu'il a fait sortir avant moi, il l'a braquée avec une arme."

Les riverains confinés

Depuis 16h45, les autorités ont demandé aux riverains immédiats de rester confinés et enfermés chez eux ou dans leurs bureaux. Un périmètre de sécurité a été mis en place. 

Florence, la patronne d'une agence de voyage, confinée sur son lieu de travail, confiait en fin d'après-midi à France Bleu Occitanie : "Tout est bloqué, donc on ne peut pas partir. C’est assez stressant, surtout quand on nous dit que la personne est armée." Jean-Baptiste, racontait lui : "On nous a demandé de rester dans l’agence de voyage, dans un premier temps, puis d’évacuer parce que la BRI était arrivée. Toute l’avenue de Purpan est bloquée, remplie de forces de police. Aux dires de la police, ce serait un braquage qui aurait mal tourné. Le brigand a baissé les stores et quand il a remonté les stores et vu toute la police autour, il a rebaissé les stores." Jean-Baptiste conclut : "C’est un peu étrange comme situation, on se dit que ça peut pas arriver à Blagnac, une petite ville super sympa."   

Place du Plan du Port à Blagnac - Radio France
Place du Plan du Port à Blagnac © Radio France - OF

Un centre opérationnel départemental a été ouvert en préfecture dans l'après-midi pour coordonner les actions des différents acteurs intervenant sur le terrain. La préfecture recommande : 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu