Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le blocage de la Nationale 88, "totalement contre-productif" pour la Chambre d'agriculture de Lozère

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Ce lundi 10 août, des agriculteurs du syndicat Coordination rurale ont bloqué la RN88 entre Barjac et Mende, pour dénoncer l'inaction de l'État face à la rave-party organisée sur le Causse Méjean. La Chambre d'agriculture de Lozère se désolidarise de cette action et la condamne.

Le blocage de la RN 88 mené par le syndicat Coordination rurale ce lundi 10 août
Le blocage de la RN 88 mené par le syndicat Coordination rurale ce lundi 10 août - Alain Pouget

"Cette action était totalement contre-productive et a gêné une population qui n'était pas concernée par cette rave-party." Christine Valentine, la présidente de la Chambre d'agriculture de la Lozère, condamne le blocage mené par le syndicat Coordination rurale d'Occitanie ce lundi 10 août. Une quinzaine d'agriculteurs a bloqué la circulation sur la Nationale 88, entre Barjac et Mende, à l'aide d'engins agricoles. 

Alain Pouget, le président du syndicat, voulait "dénoncer la passivité de l'État" par rapport à cette rave-party qui se déroule à Hures-la-Parade, sur le Causse Méjean. La préfecture de la Lozère indique de son côté que les manifestant se sont ensuite rendus "au cours de la nuit à Mende, pour occuper des ronds-points, puis se sont rassemblés au centre-ville pour faire du tapage à partir de 23h30."

"Cette action n'apporte aucune plus-value."

Christine Valentin, la présidente de la Chambre d'agriculture de la Lozère, estime que "cette action n'apporte aucune plus-value au travail mené pour faire évacuer les teuffeurs. Nous travaillons depuis le début avec la préfecture pour contenir au mieux les festivaliers et faire en sorte que l'agriculture soit défendue le mieux possible. Il y a eu un déploiement important des forces de l'ordre. Coordination rurale met en avant des techniques qui sont contre nous et qui détournent les forces de l'ordre de leur mission principale sur le Causse Méjean."

Ce mardi 11 août, la préfecture de la Lozère indique qu'il ne reste sur place plus que "2.500 teuffeurs ce matin, avec une accélération des départs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess