Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Blocage de la prison de Condé-sur-Sarthe : deux détenus saisissent le tribunal administratif

mercredi 13 mars 2019 à 17:19 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Confinement en cellule, problèmes d'approvisionnement, suppression des parloirs, coupures d'eau... Les conséquences du blocage de la prison de Condé-sur-Sarthe dans l'Orne se font durement ressentir. Deux détenus saisissent la justice pour demander le respect de leurs droits fondamentaux.

La maison centrale de Condé sur Sarthe est bloquée par les surveillants depuis le 5 mars 2019, jour de l'attaque terroriste dans laquelle deux des leurs ont été grièvement blessés.
La maison centrale de Condé sur Sarthe est bloquée par les surveillants depuis le 5 mars 2019, jour de l'attaque terroriste dans laquelle deux des leurs ont été grièvement blessés. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Caen, France

Depuis l'agression de deux de leurs collègues le 5 mars 2019, les surveillants de Condé-sur-Sarthe dans l'Orne ont cessé le travail et bloquent l'établissement. L'administration pénitentiaire a déployé des ERIS (équipes régionales d'intervention et de sécurité) dans l'établissement pour surveiller les détenus. Mais ces derniers dénoncent leurs conditions de détention. Deux d'entre eux ont saisi le tribunal administratif de Caen pour demander le respect de leurs droits fondamentaux. 

"On a complètement dépassé le seuil de l'acceptable"

"Une atteinte grave est portée aux droits des personnes détenues, que les circonstances exceptionnelles ne peuvent justifier". Matthieu Quinquis qui représente deux détenus de Condé-sur-Sarthe, demande à l'Etat de faire cesser la situation au plus vite. Depuis le 5 mars 2019, jour de l'attentat, "les détenus n'ont plus le droit à leur promenade quotidienne et sont confinés dans leurs cellule". L'administration ne leur sert plus trois repas chauds par jour comme la loi l'exige. Ils n'ont plus accès au téléphone, plus de courrier et les parloirs sont supprimés. Quant aux poubelles, elles ne sont plus ramassées tous les jours. L'avocat évoque également des coupures d'eau, d'électricité et de chauffage. "Aujourd'hui, on a complètement dépassé le seuil de l'acceptable. Il y a une urgence évidente, vous devez dans les 48 heures prendre des mesures simples qui assureront la dignité des personnes détenues".

Pas d'atteinte aux droits fondamentaux selon le ministère de la justice

Si la représentante du ministère de la justice reconnait l'absence d'activités et de promenade, elle affirme que l'essentiel est assuré en détention. Elle évoque notamment la distribution de repas, l'accès aux soins, ou encore le ramassage des poubelles "dans la mesure du possible". Et elle estime que dans ces circonstances extrêmement graves et en fonctionnant avec des effectifs restreints (une vingtaine d'ERIS contre 138 surveillants en temps normal pour 110 détenus), l'administration pénitentiaire ne viole pas les droits fondamentaux des personnes détenues. 

Le tribunal administratif doit rendre sa décision demain jeudi en fin de matinée. Et c'est également demain que les syndicats de surveillants doivent rencontrer la ministre de la justice Nicole Belloubet.