Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Blocage en vue à l'université d'Orléans

jeudi 5 avril 2018 à 19:01 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

Ce jeudi midi à l'université d'Orléans, les militants de l'UNEF (le principal syndicat étudiant) ont voté la mobilisation. Des actions de blocage auront lieu dès lundi.

Dans le hall de la FAC de Lettres, des banderoles sont déjà en place.
Dans le hall de la FAC de Lettres, des banderoles sont déjà en place. © Radio France - Cyrille Ardaud

Orléans, France

Après Toulouse, Bordeaux, Paris, Lyon et une dizaine d'autres villes, c'est désormais à Orléans que les étudiants ont décidé de se mobiliser.

Ce jeudi, à l'appel de l'UNEF (le principal syndicat étudiant), une soixantaine d'étudiants et de professeurs s'est réunie en Assemblée Générale. La mobilisation et le blocage partiel dès ce lundi 9 avril ont été votés.

C'est la toute première fois que les étudiants orléanais prennent part à ce mouvement de blocages dans les universités. Et ils ont beau ne pas être très nombreux pour le moment, des banderoles sont déjà accrochées dans le hall de la fac de Lettres, et le programme est ambitieux. Jonathan Bruneau, président de l'UNEF Orléans et étudiant en licence de biologie : "On a prévu l'occupation d'une salle en fac de Lettres toute la semaine prochaine, mais aussi l'instauration d'un barrage filtrant avec distribution d'un questionnaire à l'entrée lundi, et le blocage total de la fac de Lettres mardi."

Semaine de blocage pour certains, période d'examens pour d'autres

Une promesse cependant de la part de l'UNEF : éviter au maximum de perturber le passage des examens. Dans certaines filières, c'est en effet la période. 

La raison de la colère des étudiants, c'est la loi Vidal, qui instaure notamment la sélection à l'université selon les syndicats. Dimitri Champion, étudiant en master d'économie : "L'UNEF a fait la démonstration qu'avec cette loi, de nombreuses filières seront sélectives à la rentrée prochaine. Jusqu'à un tiers ! Nous on pense simplement que tous les étudiants devraient être libres de choisir ses études. Au-delà de ça, on est très inquiet de la remise en cause de l'arrêté licence : c'est le droit au rattrapage, c'est le droit à la compensation entre les matières, et c'est aussi le fait que dans les licences on a un minimum d'heures de cours, communes entre toutes les licences de France. Ça évite d'avoir des licences poubelles."

Nous avons gardé deux trois secrets de fabrication

Concrètement, les militants de l'UNEF n'indiquent pas comment ils comptent bloquer la fac d'Orléans en étant seulement une soixantaine. Dimitri Champion indique juste : "nous avons gardé deux trois secrets de fabrication sur la partie technique."

Ils espèrent surtout être rejoints dans leur mouvement, par d'autres étudiants, et ce dès le début de la semaine prochaine.