Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Blocages des dépôts pétroliers : les patrons du TP convoqués au commissariat et au tribunal

mardi 4 décembre 2018 à 4:20 - Mis à jour le mardi 4 décembre 2018 à 9:57 Par Aurélie Lagain, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

Les dépôts pétroliers de Brest et Lorient sont bloqués depuis la semaine dernière, mais à Brest, les entrepreneurs du TP sont convoqués ce mardi au commissariat, ceux de Lorient devant le tribunal de commerce.

Blocage au dépôt pétrolier de Brest
Blocage au dépôt pétrolier de Brest © Radio France - Nolwenn Quioc

Brest, France

Cela fait plusieurs jours que les engins de chantier sont stationnés devant les dépôts pétroliers de Brest et Lorient encore ce mardi matin. Ces engins sont ceux de "gilets oranges", des patrons des travaux publics qui refusent la fin de la détaxation du gazole pour leurs engins de chantier au 1er janvier. Pour se faire entendre, ils bloquent les entrées.

Les patrons convoqués

Les forces de l'ordre n'ont pas pu faire bouger les engins, mais elles comptent bien faire bouger leurs propriétaires puisque cinq d'entre eux sont convoqués au commissariat à Brest, finalement à 17 heures. Plusieurs entrepreneurs morbihannais sont convoqués devant le tribunal de commerce de Lorient ce mardi matin.

"Ils sont menacés d'amende et de _suppression de permis de conduire_, pour avoir garer leurs engins sur la route", précise une proche d'un des convoqués. "Il est bien évident que ces personnes sans permis ne pourront plus travailler par la suite."