Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Blois: le conseiller municipal Alexis Bouchou nie les accusations de viol et ne démissionne pas

-
Par , France Bleu Orléans

Accusé de viol par la militante communiste Léa Tytéca, Alexis Bouchou, conseiller municipal PCF à Blois, est suspendu du groupe majoritaire et de toutes ses représentations municipales. Des accusations de viol niées par Alexis Bouchou.

Alexis Bouchou et Camélia Khabeche, candidats aux dernières législatives dans le Loir-et-Cher
Alexis Bouchou et Camélia Khabeche, candidats aux dernières législatives dans le Loir-et-Cher

Après les accusations de viol formulées à l'encontre de l'un de ses élus, la mairie de Blois a officiellement réagi ce mercredi dans un communiqué. L'élu visé se nomme Alexis Bouchou, conseiller municipal communiste, membre de la majorité. Le week-end dernier, sur les réseaux sociaux, une autre militante du parti l'a clairement accusé d'un viol commis en 2016. La jeune femme, Léa Tytéca, a porté plainte contre lui en octobre dernier.

Dans un communiqué publié ce mercredi matin, la mairie de Blois indique qu'Alexis Bouchou, déjà écarté du PCF en début de semaine, est désormais "suspendu du groupe majoritaire et de toutes ses représentations municipales".

Le communiqué de la mairie de Blois - Aucun(e)
Le communiqué de la mairie de Blois

La défense d'Alexis Bouchou précise que son client réfute les accusations de viol dont il est aujourd'hui la cible. Partie depuis dans les Pyrénées-Orientales, Léa Tytéca s'est confiée cette semaine sur France Bleu. 

J'avais de l'admiration, de l'affection pour lui. Depuis, je ne fais confiance à personne, ni même à mes camarades

Léa Tytéca se confie sur France Bleu

En début de semaine, le Parti Communiste a présenté officiellement ses excuses aux victimes d'agressions sexuelles et de viols commis au sein de son organisation. Onze victimes ont été recensées, neuf adhérents du PCF ont à l'heure actuelle été écartés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu