Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Théo : le bilan après les affrontements à Bobigny

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Deux supermarchés, le McDonald's, mais aussi plusieurs bâtiments administratifs ont été vandalisés samedi soir à Bobigny. La manifestation contre les violences policières a dégénéré. Pour le maire de Bobigny, ce n'est pas l'oeuvre des manifestants, mais de "casseurs", venus d'autres villes.

Plusieurs entrées des bâtiments de la promenade Jean Rostand ont également été vandalisées à Bobigny.
Plusieurs entrées des bâtiments de la promenade Jean Rostand ont également été vandalisées à Bobigny. © Radio France - Mathilde Lemaire

Bobigny, France

Deux supermarchés ont été saccagés, tout comme le McDonald's. Les entrées de bâtiments administratifs ont été vandalisées, ainsi que des distributeurs. Des voitures ont été brûlées, de très nombreuses ont été caillassées... "C'est une catastrophe" pour Stéphane de Paoli, le maire UDI de Bobigny. "Qu'on manifeste pacifiquement, c'est ce qu'il faut. Mais que des jeunes viennent casser, pour casser, je n'accepte pas".

Stéphane de Paoli, le maire UDI de Bobigny

Deux mille personnes se sont rassemblées samedi après-midi sur la place devant le tribunal de Bobigny, pour manifester dans le calme leur soutien à Théo, victime d’un viol présumé lors de son interpellation le 2 février, à Aulnay-sous-Bois, mais aussi contre les violences policières dans les villes de banlieues. C'est une heure après le début du rassemblement que la situation a dérapé. Une centaine de casseurs - venus d'autres villes, selon Stéphane de Paoli - ont affronté les forces de l'ordre déployées sur place en nombre pendant plusieurs heures, et saccagé plusieurs bâtiments, ainsi que des voitures et du mobilier urbain.

Une habitante de Bobigny