Faits divers – Justice

Bobigny : le policier jugé pour la mort d'un braqueur est acquitté

Par Rémi Brancato et Samuel Aslanoff, France Bleu Paris Région et France Bleu vendredi 15 janvier 2016 à 20:47

Des policiers déployés devant le palais de justice de Bobigny après le verdict
Des policiers déployés devant le palais de justice de Bobigny après le verdict © Radio France - Rémi Brancato

Le policier jugé depuis lundi par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis pour avoir tué un braqueur d'une balle dans le dos à Noisy-le-Sec en 2012 a été acquitté ce vendredi soir. Le verdict a été accueilli aux cris de "pas de justice pas de paix".

Un policier de 36 ans, jugé pour avoir tué d'une balle dans le dos un malfaiteur armé et en fuite, a été acquitté ce vendredi par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis. Les faits se sont déroulés le 21 avril 2012, à Noisy-le-Sec. Pendant les 5 jours d'audience, le gardien de la paix avait reçu le soutien de ses collègues et des syndicats de police mais le fonctionnaire est apparu en difficulté lors de l'examen des faits. 

L'avocat général avait d'ailleurs requis contre le policier cinq ans de prison avec sursis et l'interdiction définitive d'exercer. Il estimait que le policier n'était pas en état de légitime défense. Il avait demandé aux jurés "une décision qui ne puisse pas être interprété comme un permis de tuer".

Finalement, après 6 heures de délibération et contrairement aux réquisitions, le jury a reconnu un état de légitime défense pour le policier, au moment des tirs ce qui a conduit à l'acquittement. Daniel Merchat, l'avocat du policier, est satsfait :

"Il a tiré en état de légitime défense et il est légitime qu'il ait été acquitté".

Le verdict a provoqué la colère des soutiens des parties civiles, Rémi Brancato.

Des cris "pas de justice, pas de paix" à l'énoncé du verdict

Le verdict a été rendu dans une atmosphère tendue en présence notamment de la soeur du braqueur tué, Amal Bentounsi, et de militants d'associations dénonçant les "violences policières". Des cris "pas de justice, pas de paix" ont retenti dans la salle d'audience et dans l'enceinte du palais de justice pendant plus d'une heure.

Amal Bentounsi, après l'énoncé du verdict. - Radio France
Amal Bentounsi, après l'énoncé du verdict. © Radio France - Rémi Brancato

Pour Amal Bentounsi, "la justice se tire une balle dans le pied": 

"C'est un message très clair qu'on envoie à la police, qu'ils peuvent tirer sur des gens sans être en état de légitime défense".

Son avocat, Michel Konitz, espère que le parquet va faire appel de cette décision. "Je suis écoeuré", ajoute Me Konitz :

"C'est une décision extrêmement dangereuse pour ce qu'elle montre. Elle montre que certaines personnes ont le droit de tuer, hors la légitime défense. "

Michel Konitz, avocat de la famille d'Amine Bentounsi.

Le parquet de Bobigny devrait formuler une demande d'appel de cette décision au parquet général..

Partager sur :