Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bobigny : procès d'un homme accusé d'avoir violé et battu une femme "en raison de son orientation sexuelle"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Un homme de 24 ans est jugé ce jeudi et ce vendredi devant la cour d'assises de la Seine-Saint-Denis. Il est accusé d'avoir violé, battu et volé une jeune femme "en raison de son orientation sexuelle".

Le parvis du tribunal de Bobigny en Seine-Saint-Denis
Le parvis du tribunal de Bobigny en Seine-Saint-Denis © Radio France - Rémi Brancato

Un homme de 24 ans, accusé d'avoir violé, battu et volé une jeune femme, "en raison de son orientation sexuelle", est jugé ce jeudi et ce vendredi à Bobigny par la cour d'assises de la Seine-Saint-Denis. 

"Je vais te faire kiffer"

Le 8 octobre 2017, la jeune femme, 30 ans à l'époque, rencontre lors d'une soirée à Paris, le jeune homme. Il l'aborde, elle rejette dans un premier temps ses avances en lui expliquant qu'elle est lesbienne, mais "séduite" finit par rentrer chez elle, à Saint-Ouen, accompagnée de ce garçon. Ils entament alors un rapport sexuel, mais Jeanne* (*prénom modifié dans une interview donnée à l'AFP), change d'avis et elle lui demande "expressément de s'arrêter", selon son avocat, Stéphane Maugendre. Mais selon la victime, l'homme continue et la traite de "petite conne", puis lui lance : "Ah, tu kiffes les meufs, je vais te faire kiffer". Il la roue également de coups. Les sévices durent deux heures. Quand il quitte l'appartement, il lui dérobe une chevalière et sa carte bleue.

20 jours d'ITT

Le médecin qui examine Jeanne, quelques heures après les faits, relève de nombreuses plaies sur tout le corps, "une perforation du tympan" et des ecchymoses au niveau du cou et du thorax. La jeune femme se voit prescrire 20 jours d'incapacité totale de travail (ITT). 

Son violeur présumé est retrouvé, deux semaines plus tard, à Hérouville-Saint-Clair dans le Calvados, où il vit avec sa compagne. Il est alors déjà connu pour des faits d'agression sexuelle sur mineur et de vol avec violence. Mais pour cette nuit là, il nie les violences et les coups et assure que le rapport était consenti

Le juge d'instruction a décidé pourtant de le renvoyer devant la cour d'assises pour viol avec "la circonstance aggravante que les faits ont été commis en raison de l'orientation sexuelle de la victime". L'accusé, âgé de 24 ans aujourd'hui, devra aussi répondre de vol avec violence et de tentative d'escroquerie. 

Un procès pour "faire passer la justice"

Jeanne, a tenu à ce que le procès soit ouvert au public et qu'il ne se déroule pas à huis clos."Porter plainte pour viol, c'est terrible, c'est un combat long et dur qui s'ajoute au viol. Aller au bout de la procédure, supporter cette épreuve en vaut la peine si elle permet de faire passer la justice", explique-t-elle à l'AFP en rappelant qu'"il y a tellement peu de femmes qui obtiennent un procès". Le verdict est attendu ce vendredi 6 mars.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu