Faits divers – Justice

Boeing de Malaysia Airlines : une nappe de carburant localisée

France Bleu lundi 14 avril 2014 à 7:53

Le Bluefin-21 sera mis à l'eau depuis le navire Ocean Shield
Le Bluefin-21 sera mis à l'eau depuis le navire Ocean Shield © MaxPPP

Les opérations sous-marines vont commencer, pour retrouver les débris du Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu le 8 mars dernier : alors que la détection de signaux venant du fond de l'eau avait cessé, les enquêteurs ont affirmé ce lundi matin avoir trouvé une nappe de carburant dans la zone des recherches.

Trente-huit jours après sa disparition, le Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu subitement en pleine mer lors d'un vol entre la Malaisie et le Vietnam, a peut-être donné son signe de localisation le plus clair : une nappe de carburant . Cette nappe se trouve à juste un peu plus de cinq kilomètres "de la zone restreinte définie à partir de la captation des signaux " pouvant provenir de l'avion. Deux litres du carburant ont été collectés pour analyse : même si les résultats ne seront pas connus avant plusieurs jours, il semblerait bien que l'essence ne provienne pas d'un bateau .

Les autoritiés australiennes vont donc lancer un robot sous-marin à la recherche de l'épave du Boeing : le Bluefin-21, un robot de 750kg, plongera jusqu'à 4.500 mètres sous l'eau à la recherche de débris. "Chaque mission du Bluefin durera quelque 24 heures ", a expliqué Angus Houston, le coordinateur des recherches. Dans un premier temps il sera équipé d'un sonar ; et si ses recherches s'avèrent fructueuses, les autorités remplaceront le sonar par une caméra – le robot ne pouvant porter les deux à la fois. 

Les balises des boîtes noires ont-elles cessé de fonctionner ?

La décision de lancer les recherches sous-marines vient aussi du fait que plus aucun signal acoustique, venant probablement des boîtes noires de l'appareil, n'a été détecté depuis plusieurs jours : "Nous n'avons pas eu une seule détection en six jours et il est sans doute donc temps d'aller sous l'eau " , souligne Angus Houston. Depuis le 5 avril, le navire Ocean Shield, déployé sur zone, avait capté à quatre reprises des signaux acoustiques semblant provenir de balises qui se déclenchent lorsque les boîtes noires d'un avion sont immergées. 

Ces signaux avaient permis de restreindre un peu plus la zone de recherches, qui ne fait plus que quelques kilomètres carrés. Mais la durée de vie théorique des émetteurs est d'une trentaine de jours : il est donc probable qu'ils aient cessé de fonctionner, ce qui expliquerait logiquement qu'aucun signal n'a été entendu depuis six jours. 

Partager sur :