Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bonbonnes de gaz près de Notre-Dame: une suspecte loirétaine condamnée pour avoir introduit un téléphone dans sa cellule

jeudi 23 novembre 2017 à 19:09 Par Jérémy Marillier, France Bleu Orléans

En attendant d'être jugée dans l'affaire des bonbonnes de gaz près de Notre-Dame de Paris, une loirétaine est condamnée pour avoir introduit un téléphone dans sa cellule grâce à sa soeur. Elle écope de trois mois de prison ferme.

Le centre pénitentiaire de Saran
Le centre pénitentiaire de Saran © Maxppp - Maxppp

Saran, France

Plus d'un an après la découverte de bonbonnes de gaz près de Notre-Dame, l'une des suspectes vient d'être condamnée pour avoir introduit un téléphone portable dans sa cellule, au centre pénitentiaire de Saran où elle est incarcérée dans l'attente de son procès. Cette femme a bénéficié de l'aide de sa soeur pour introduire son téléphone et dialoguer ainsi avec sa famille. Seulement pour des conversations d'ordre familial, selon les enquêteurs. Elle écope de trois mois fermes, sa soeur de trois mois avec sursis.

Peu après la découverte de ces bonbonnes de gaz dans une voiture près de Notre-Dame, un premier couple, originaire du Loiret et connu des services de police, avait été interpellé près d'Orange, dans le Vaucluse, avec ses trois enfants. Un autre couple avait été interpellé plus tard dans le Loiret, à Chalette-sur-Loing. Au moins un de ces couples était connu pour son appartenance à la mouvance islamiste radicale. La plus jeune de ces gardés à vue avait 26 ans, le plus âgé 34.

Aucun détonateur mais des bidons de gasoil

Aucun détonateur n'avait été retrouvé dans la Peugeot 607 de couleur sombre qui était garée à deux pas de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Cette voiture pleine de bonbonnes de gaz attendait peut-être le passage d'un artificier, elle aurait peut-être même pu exploser sans dispositif de mise à feu. Les enquêteurs ont retrouvé dans le coffre plusieurs bidons de gasoil, juste à côté des bouteilles de gaz. Les enquêteurs analysent également des documents en arabe retrouvés dans le véhicule. Ils contiendraient des versets du Coran.

Signalée par un employé de bar

Cette voiture remplie de bonbonnes était stationnée près de la cathédrale Notre-Dame et de la préfecture de police de Paris. C'est un employé de bar qui a signalé qu'un véhicule suspect stationnait dans une petite rue proche du quai de Montebello. Il avait remarqué la présence d'une bouteille de gaz sur la banquette arrière de cette voiture, feux de détresse allumés et sans plaques d'immatriculation. Après vérification, la bouteille en question s'est avérée vide, mais cinq autres bouteilles pleines étaient stockées dans le coffre.