Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bonneville : des amendes avec sursis requises contre les décrocheurs du portrait d'Emmanuel Macron

-
Par , , France Bleu Pays de Savoie

Des peines de 300 à 1.000 euros d'amende sont requises par le procureur de Bonneville en Haute-Savoie à l'encontre des sept militants écologistes poursuivis pour vol en réunion. En mars dernier, ils avaient dérobé le portrait d'Emmanuel Macron dans quatre mairies de la vallée de l'Arve.

Une centaine de personnes réunie devant le tribunal de Bonneville en soutien aux sept militants écologistes
Une centaine de personnes réunie devant le tribunal de Bonneville en soutien aux sept militants écologistes © Radio France - Marie Ameline

Bonneville, France

Sept militants écologistes du mouvement ANV (Action Non violente-COP 21) comparaissaient  ce jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel de Bonneville en Haute-Savoie pour vol en réunion. Ils sont accusés d'avoir dérobé en mars dernier le portrait d'Emmanuel Macron dans quatre mairies de la vallée de l'Arve. 

A l'occasion de cette audience, une centaine de militants ont manifesté devant le tribunal ce jeudi. Le procureur de la république a requis entre 300 et 1.000 euros d'amende avec sursis à l'encontre des militants. Le délibéré sera rendu le 5 décembre. Quelques 130 portraits d'Emmanuel Macron ont été à ce jour décrochés à travers toute la France par le mouvement des "décrocheurs". 

Les procès se suivent et ne se ressemblent pas dans ces dossiers. Mercredi 16 octobre le tribunal correctionnel de Paris a condamné mercredi huit militants écologistes à 500 euros d'amende chacun pour le "vol en réunion" de portraits d'Emmanuel Macron.

Un mois auparavant,  deux "décrocheurs" ont été eux relaxés à Lyon au nom de "l'état de nécessité" climatique. Le tribunal avait jugé "légitime" l'action de désobéissance civile de deux "décrocheurs" dans cette ville, "face au défaut de respect par l'Etat d'objectifs pouvant être perçus comme minimaux dans un domaine vital".   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu