Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : 10.000 euros d'amende avec sursis pour avoir injurié Marlène Schiappa

jeudi 8 mars 2018 à 15:35 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde et France Bleu

Une Bordelaise de 37 ans a été condamné ce jeudi, par le tribunal correctionnel de Bordeaux, à 10.000 euros d'amende avec sursis pour injures publiques et diffamation à l'encontre de Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes. Et devra lui verser un euro symbolique.

Marlène Schiappa avait déposé deux plaintes en août et en octobre.
Marlène Schiappa avait déposé deux plaintes en août et en octobre. © Maxppp - Illustration/Maxppp

Bordeaux, France

"Et en plus, elle a déjà recommencé", soupire la présidente du tribunal, après avoir lu le délibéré. Son tribunal vient de condamner une Bordelaise de 37 ans à 10.000 euros d'amende avec sursis, et à un euro symbolique à verser à la secrétaire d'Etat en guise de dommages et intérêts. Et ce, après de nombreux propos tenus sur Twitter et Facebook. 

Marlène Schiappa avait déposé deux plaintes, la première en août dernier après avoir été la cible de 143 tweets en 48 heures. La seconde en octobre, pour d'autres rafales de messages à caractère injurieux ou diffamatoire où elle est traitée, notamment, de "maquerelle" et de "pute".  Entre temps, celle qui se présente comme journaliste avait été interpellée et placée en garde  à vue. 

Pas de stage de citoyenneté

La blogueuse bordelaise assume ses propos, expliquant que Marlène est en fait un personnage du roman qu'elle est en train d'écrire. Le ministère public avait également requis un stage de citoyenneté. Mais le tribunal a rejeté cette option en jugeant qu'il était "trop bref pour en retirer un quelconque bénéfice". Et qu'il ne serait pas utile à cette blogueuse "qui n'accepte pas sa faute". La trentenaire devra aussi retirer sous 10 jours les écrits concernés des réseaux sociaux.