Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : 25 ans de prison requis contre le tueur au marteau

mercredi 15 novembre 2017 à 22:06 Par Seina Baalouche, France Bleu Gironde et France Bleu

Ce mercredi, l'avocat général de la cour d’assise de Gironde a requis 25 ans de prison à l'encontre du congolais accusé d'avoir tué un Pakistanais. La victime a reçu 19 coups de marteau à la tête. L'accusé admet le meurtre mais des questions demeurent sur le motif.

La boutique de téléphonie Cours de la Marne
La boutique de téléphonie Cours de la Marne © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

Les faits remontent à janvier 2016 et se sont déroulés à Bordeaux dans un magasin de téléphonie du cours de Marne. La victime, un pakistanais de 27 ans, a reçu 19 coups de marteau à la tête. Un trace d'ADN a permis de remonter la piste du tueur au marteau. L'accusé, un ressortissant congolais de 37 ans admet le meurtre. Mais ce mercredi, les avocats des deux parties n'ont fait que prouver qu'il reste de nombreuses zones d'ombres dans cette affaire. Au moment des plaidoiries et des réquisitions deux versions des faits se sont opposées

Vol ou agression sexuelle ?

Pourquoi l'accusé a t-il tué la victime ? Selon l'avocat de la famille de la victime, Me Thierry Lampe, le ressortissant congolais s'était caché à l'arrière du magasin afin de commettre un vol. Après avoir été surpris par la victime, employé de la boutique, il l'aurait tué. Mais pour l'avocate de la défense, Me Florence Herbold, cette version ne tient pas puisqu'il n'y a pas de témoins ni de vidéosurveillance :

Les nœuds du dossier n'ont pas tous été dénoués." Me Florence Herbold - avocate de la défense

Depuis le début du procès, l'accusé affirme que c'est la victime qui l'aurait incité à venir dans le magasin de téléphonie pour ensuite l'agresser sexuellement. Mais l'avocat général ne croit pas à cette version : "quelqu'un qui fait 20cm et 25 kilos de moins se serait jeté sur vous ?" demande-t'il sceptique. L'avocat général rappelle qu'en 2009 l'homme avait été surpris dans la même position, marteau à la main, dans un commerce qu'il cherchait à cambrioler.

L'accusé maintiendra t'il la thèse des avances ? Il aura le droit à un dernier mot, ce jeudi 16 octobre, avant que le jury ne parte délibérer.