Faits divers – Justice

Bordeaux-Bastide : un homme de 79 ans meurt après une agression sur un parking

Par Mila Ta Ninga, France Bleu Gironde dimanche 23 février 2014 à 13:14

Les policiers étaient encore sur place ce dimanche midi.
Les policiers étaient encore sur place ce dimanche midi. © Radio France

Une altercation entre deux hommes s'est terminée par la mort de l'un d'entre eux. Les secours n'ont pas pu réanimer le septuagénaire. L'agresseur, un déficient mental de 30 ans, est entre les mains de la police.

Ils se disputent pour des broutilles , en viennent aux mains et l'un d'entre eux meurt. L'homme de 79 ans est un habitué du quartier . Comme souvent, il gare sa voiture sur le parking du Simply Market, rue Raymond Poincaré à Bordeaux-Bastide et va chercher son journal au kiosque.

Il est aux alentours de 9 h 30 ce dimanche matin quand il en ressort. Il jette son ticket de caisse par terre et se fait reprendre par un homme de 30 ans qui lui demande de le ramasser. Le septuagénaire refuse, le ton monte, jusqu'à ce que l'homme décide de retourner à sa voiture.

Mais le trentenaire n'en a pas fini. Il enfourche son vélo, le rejoint, une première fois sur le parking et lui donne un coup de pied dans la hanche. Le vieil homme tombe par terre et ne se relève pas. Un passant repousse l'agresseur et met la victime en position latérale de sécurité. L'agresseur revient et lui redonne plusieurs coups de pieds dans le ventre. Il se fait maîtriser par plusieurs témoins qui appellent les secours. En vain.

À midi et demi, les policiers chargés de l'enquête étaient encore sur place, le corps de la victime couvert d'un drap blanc. L'enquête devra déterminer si ce sont les coups portés qui l'ont tué.

Frappé par un déficient mental

Selon les enquêteurs, le trentenaire est un déficient mental, hospitalisé plusieurs fois à l'hôpital psychiatrique de Cadillac. Il est également connu des services de police pour des faits d'agressions et de violences. L'homme n'a pas pris la fuite et a été interpellé par les policiers qui l'ont placé en garde à vue.

html, body { margin: 0; padding: 0; height: 100%; font-family: Helvetica, Arial; font-size:0.9em; } #map { width: 462px; height: 350px; } .leaflet-popup-content-wrapper { padding: 1px; text-align: left; border-radius: 4px; background: #fff; box-shadow: 0 1px 2px rgba(0,0,0,0.20); } .leaflet-popup-tip { width: 13px; height: 13px; padding: 1px; margin: -10px auto 0; box-shadow: 0 1px 2px rgba(0,0,0,0.10); } .legend { width:auto; text-align: left; line-height: 18px; position:absolute; bottom: 10px; right: 10px; text-align: left; line-height: 18px; color: #555; background: rgb(255, 255, 255); background: rgba(255, 255, 255, 1); background-clip: padding-box; border-color: #777; border: 2px solid rgba(0,0,0,0.2); border-radius: 4px; } .legend i { width: 18px; height: 18px; float: left; margin-right: 8px; opacity: 0.8; } .menu { background-color: #e5e5e5; position: absolute; padding: 5px 5px 5px 5px; bottom: 8px; margin-left: -600px; }

Les précisions de Stéphane Hiscock