Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : cinq gérants de clubs de poker devant la justice

-
Par , France Bleu Gironde

Les gérants de quatre clubs de poker Pokersphère de la Région et de Toulouse ont comparu devant la justice ce lundi. Ils sont accusés d'avoir participé à la tenue de maisons de jeux de hasard illégales. Dans leurs établissements, les adhérents peuvent acheter des lots avec une monnaie fictive.

Cinq gérants de clubs de poker sont jugés à Bordeaux.
Cinq gérants de clubs de poker sont jugés à Bordeaux. © Maxppp - Maxppp

Bordeaux, France

Les cinq prévenus dans cette affaire l'assurent : il n'y a pas un seul centime de posé sur leurs tables de jeu. "Ce sont comme des centres d'entrainement pour les passionnés" défend à la barre du Tribunal de Grande Instance de Bordeaux Yann Roudaut, l'un des prévenus. Il est l'un des fondateurs de l'entreprise Pokersphère qui a ouvert sa maison-mère à Bordeaux en 2014. Les franchises qui ont ensuite ouvert à Biscarrosse, Biarritz et Toulouse sont aussi impliquées dans ce dossier.

Les Kosmos, monnaie virtuelle pour miser

Dans ces clubs, "on simule une réalité" explique Yann Roudaut. Tables de tournoi, bar, cyber-café...c'est "comme au casino mais sans aucun enjeu d'argent" assure-t-il. Là où le problème se pose, c'est que les joueurs ont droit grâce à une cotisation mensuelle ou annuelle a des Kosmos, sorte de monnaie virtuelle avec laquelle ils peuvent miser. Les joueurs qui obtiennent le plus de Kosmos peuvent acheter des lots lors d'enchères organisées une fois par mois, comme des casquettes, des bons d'achat ou des tickets pour jouer au PMU.

"Pas d'autorisation de l'Etat"

Pour la procureure de la République, tous les critères sont remplis pour considérer ces clubs comme illégaux : "On a un jeu de hasard, une maison de jeu, un public librement admis mais pas d'autorisation de l'Etat". 3 000 € d'amende avec sursis ont été requis contre les prévenus ainsi que 5 000 € d'amende contre les sociétés Pokersphère avec l'obligation de fermer. Réponse du tribunal le 3 juillet prochain.

Choix de la station

France Bleu