Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : des sociétés de téléphonie escroquaient leurs clients

mardi 12 juin 2018 à 17:24 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Gendarmes et policiers viennent de mettre à jour une vaste escroquerie impliquant 18 opérateurs de téléphonie à Bordeaux et son agglomération. Quinze personnes ont été mises en examen notamment pour pratiques commerciales trompeuses, quatorze d'entre elles placées sous contrôle judiciaire.

Le Palais de justice de Bordeaux - illustration -
Le Palais de justice de Bordeaux - illustration - © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

Des opérateurs de téléphonie aux méthodes illicites : une vaste escroquerie vient d'être mis à jour à Bordeaux. Quinze personnes ont été mises en examen, après trois ans d'une enquête coordonnée par la JIRS, la Juridiction Inter-Régionale Spécialisée. Elles étaient à la tête de sociétés aux pratiques très douteuses.

Plus de 2000 victimes ont été recensées dans toute la France par le parquet de Bordeaux, principalement des personnes âgées, qui se faisaient d'abord forcer la main pour changer d'opérateurs. Mais très vite, ces clients s'apercevaient que les tarifs pratiqués n'étaient pas ceux qui avaient été annoncés, que des prélèvement étaient réalisés directement sur les comptes bancaires, sans leur autorisation, et que les frais de résiliation étaient plus qu'exorbitants, alors même qu'ils se retrouvaient privés des services de leur précédent opérateur.

Dix-huit sociétés impliquées 

De très nombreuses plaintes ont été adressées dès 2015 par ces consommateurs lésés auprès des autorités compétentes : directions départementales chargées de la protection des populations, mais aussi le Parquet, la gendarmerie ou la police. Une information judiciaire avait alors été ouverte par la JIRS, confiée conjointement aux gendarmes de la section de recherches de Bouliac et au Groupement d'Intervention Régional de la Gironde. 

A coups de perquisitions et de saisies effectuées dans ces entreprises (18 au total, toutes basées à Bordeaux et dans la Métropole) et aux domicile de leurs gérants, gendarmes et policiers chargés de l'enquête ont mis de longs mois à  démêler cet enchevêtrement de sociétés, et les responsabilités de chacun. Quinze personnes ont donc été placées en garde à vue, puis mises en examen, notamment pour pratiques commerciales trompeuses, collectes de données personnelles par des moyens frauduleux, mais aussi blanchiment en bande organisée. Quatorze ont été placées sous contrôle judiciaire, avec interdiction de gérer une société de téléphonie. Sept d'entre elles ont dû verser des cautions comprises entre 3000 et 60000 euros.