Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : deux plaintes déposées après l'agression d'un chauffeur de bus

jeudi 29 novembre 2018 à 18:34 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Un chauffeur de bus de TBM a été agressé mercredi soir devant la gare St Jean à Bordeaux. Il a été frappé, après avoir dit à un jeune homme, qu'on ne monte pas dans le bus par l'arrière. Il a déposé plainte, ainsi que le collègue qui a tenté de s'interposer.

L'agression a eu lieu au terminus du bus 10 sur le parvis de la gare St Jean à Bordeaux
L'agression a eu lieu au terminus du bus 10 sur le parvis de la gare St Jean à Bordeaux © Maxppp - Cottereau Fabien

Bordeaux, France

L'agression a eu lieu, mercredi un peu avant 18 heures, au terminus de la liane 10, devant la gare St Jean de Bordeaux, au moment de la relève. Un chauffeur de bus de TBM (qui termine son service et qui se trouve sur le trottoir), s'adresse à un jeune, qui vient de monter dans le bus par l'arrière, que ça ne se fait pas.  Il est alors frappé à coups de pied et de poing, à la poitrine et au visage. Un deuxième conducteur qui vient s'interposer, est alors lui aussi pris à partie. Très choqués, ils ont déposé plainte au commissariat de Bordeaux. Une enquête a été ouverte. Kéolis s'est associé à la plainte et a condamné cet acte.

Pas de droit de retrait

Selon un élu du Comité Hygiène et Sécurité, ces agressions plus ou graves et violentes sont presque le lot quotidien des conducteurs de bus : insultes, menaces de mort, crachats à la figure, gifles, ou encore caillassages de bus ou de tram. Des actes sur lesquelles, la direction de TBM et les syndicats ne souhaitent plus trop communiquer. Parce que, malheureusement, disent-ils, "ça peut donner des idées à d'autres et faire boule de neige". Quant à faire grève ? Exercer son droit de retrait pour afficher leur ras-le-bol ? "C'est utile deux ou trois jours, guère plus. En fait, juste le temps que le bus reste au dépôt, puis ça repart!", et souvent dans les mêmes secteurs : la Benauge, Bouliac ou Blanquefort récemment.

Afficher les sanctions pour dissuader ?

Les représentants des salariés aimeraient une réunion avec Bordeaux Métropole et la préfecture pour voir comment par exemple augmenter la présence policière. Ils voudraient également que les sanctions prononcées par la justice quand les agresseurs sont attrapés, soient affichés noir sur blanc, dans les bus et tramways.