Faits divers – Justice

Bordeaux en termine avec l'affaire Bettencourt

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde et France Bleu mercredi 24 août 2016 à 5:00

François Marie Banier lors du procès en première instance à Bordeaux
François Marie Banier lors du procès en première instance à Bordeaux © Maxppp -

Après un feuilleton judiciaire de près de 9 ans, l'affaire Bettencourt va connaitre son épilogue aujourd'hui à Bordeaux. La cour d'appel va dire si elle confirme ou pas les peines prononcées en première instance contre les 4 prévenus qui sont encore poursuivis dans cette affaire.

Parmi eux, le plus médiatique, le photographe François-Marie Banier, l'ex-confident de la femme la plus riche de France, qui encourt la peine la plus lourde : 3 ans de prison dont 6 mois avec sursis, 350 000 euros d'amende et 158 millions à rembourser à Liliane Bettencourt.

La fin d'un procès fleuve

Ce petit matin de janvier 2015 au palais de justice de Bordeaux, ils sont 10 prévenus à arriver sous les flashs des appareils photos des journalistes. Dix prévenus en première instance, dont certains à retenir beaucoup l'attention que les autres: l'ex ministre du budget Eric Woerth, également ex-trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy , le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt Patrice de Maistre, qui lâchera pendant l'audience qu'"il aurait mieux fait de se casser une jambe plutôt que d'accepter ce job!" et bien sûr le célèbre photographe François Marie Banier, l'ex-confident de la femme la plus riche de France, au centre de cette affaire, puisqu'il est accusé d'avoir sciemment abusé de l'état de faiblesse de la milliardaire.

A la barre du tribunal correctionnel de Bordeaux, il niera à plusieurs reprises, mais sans convaincre, puisqu'en première instance, il avait écopé de la peine la plus lourde.

Contre le compagnon du photographe, Martin d'Orgeval, 42 ans, l'avocat général avait estimé qu'il s'était rendu coupable de "recel de l'abus de faiblesse" commis par François-Marie Banier et avait requis la confirmation de la peine prononcée en première instance : 18 mois de prison avec sursis et 150.000 euros d'amende.

Feuilleton judiciaire entamé en 2007 

Troisième prévenu dans ce procès d'appel, l'avocat Pascal Wilhelm, 54 ans, qui fut mandataire et gestionnaire de la fortune de la milliardaire. Celui qui "tenait tout dans ses mains", s'est vu reprocher une opération "pas correcte, pas loyale" en référence à son rôle dans l'investissement de 143 millions d'euros réalisé par la vieille dame dans le groupe de Stéphane Courbit, un des autres clients de Me Wilhelm.

Condamné à 30 mois de prison dont un an avec sursis et 250.000 euros d'amende en première instance, il a été réclamé à son encontre "une entrée en voie de condamnation" et, en cas d'amende, le même montant que celui infligé à Stéphane Courbit, soit 250.000 euros. Ce dernier n'avait pas fait appel et avait convenu de restituer les 143 millions d'euros investis par la milliardaire dans ses activités.

Quant au dernier prévenu, Patrice Bonduelle, 53 ans, soupçonné d'avoir aidé Me Wilhelm, l'avocat général a demandé qu'il soit relaxé. Le notaire avait été condamné en première instance à six mois de prison avec sursis et 80.000 euros d'amende.

La cour d'appel de Bordeaux dira dans la journée si elle confirme ou pas ce jugement de première instance.

► Tous nos articles sur l'affaire Bettencourt

Partager sur :