Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : il avait escroqué 32 personnes âgées grâce au coup du rétroviseur cassé

mercredi 6 décembre 2017 à 18:32 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

L'homme à l'origine de l'arnaque a été condamné par la cour d'appel de Bordeaux à deux ans de prison dont quatre mois ferme.

La salle des pas perdus du palais de justice de Bordeaux.
La salle des pas perdus du palais de justice de Bordeaux. © Radio France - Stéphanie Brossard

Un homme de 26 ans a comparu devant la cour d'appel de Bordeaux pour avoir escroqué au moins 32 personnes pendant un peu plus d'un an, entre 2014 et 2015. Il a sévi un peu partout en Gironde en faisant le coup du rétroviseur cassé. Il a été condamné à deux ans de prison dont 20 mois avec sursis et mise à l'épreuve.

Une technique bien rodée

Il proposait un arrangement à l'amiable à ses victimes, des personnes âgées donc vulnérables, des victimes qu'il impressionnait d'autant plus que c'est un grand gaillard très costaud qui ne leur laissait pas vraiment le choix. Il leur faisait croire qu'ils avaient cassé l'un de ses rétroviseurs, appelait au téléphone un complice qui se faisait passer pour un agent d'assurance, histoire de les convaincre qu'il valait mieux un petit arrangement plutôt que de lancer une procédure. L'escroc monnayait le préjudice imaginaire entre 400 et 800 euros. "Je lui ai donné 460 euros et comme je ne les avais pas, je suis allé les chercher à la banque, raconteune des victimes à s'être portées parties civiles. C'était difficile d'autant que j'avais eu une histoire de rétro cassé, réelle cette fois, l'année précédente". Me Arnaud Dupin, l'avocat de la défense, a tenté de convaincre le tribunal que son client faisait amende honorable. "Il a reconnu les faits et aujourd'hui il travaille honnêtement pour pouvoir rembourser".