Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : ils volaient des sandwiches dans les frigos des TGV

jeudi 28 juillet 2016 à 9:15 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu

Cinq employés d'une société de nettoyage ont été interpellés à Bordeaux. Ils auraient dévalisé les frigos des wagons-bars en gare Saint-Jean pendant plusieurs mois. La SNCF évoque un préjudice de 170.000 euros.

Les voleurs de sandwiches se servaient dans les frigos de la SNCF (illustration)
Les voleurs de sandwiches se servaient dans les frigos de la SNCF (illustration) - © Maxppp

Les soupçons se sont rapidement portés sur la piste interne. Difficile effectivement d'accéder aux frigos des wagons-bars des TGV à la gare Saint-Jean de Bordeaux de manière régulière sans posséder des accès spécifiques. Cinq personnes, employées d'une société de nettoyage ont finalement avoué être à l'origine des disparitions de victuailles depuis plusieurs mois raconte ce jeudi le journal Sud Ouest.

Emplois du temps épluchés et dispositif de surveillance

Ils se servaient de manière quasi-quotidienne dans les frigos des wagons-bars qu'ils étaient chargés de nettoyer. Sandwiches, canettes de soda, bouteilles de vin ou friandises, ils consommaient parfois sur place, pendant la pause, ou emmenaient leur larcin à domicile. Cela durait depuis le mois de janvier. La SNCF s'est d'abord étonnée de ces disparitions régulières puis a saisi la police. En recoupant emplois du temps des employés et horaires d'arrivée et de départ des TGV puis en installant des dispositifs de surveillance, les enquêteurs ont pu mettre fin au manège des employés de la société de nettoyage qui devront s'expliquer devant le tribunal correctionnel. Le préjudice est estimé par la SNCF à 170.000 euros.