Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : inquiétude après la disparition d'un étudiant de l'Inseec

jeudi 4 janvier 2018 à 12:37 Par Alexandre Foucault, France Bleu Gironde et France Bleu

Un jeune élève togolais, venu étudier un trimestre à Bordeaux, ne donne plus signe de vie depuis la nuit du 20 au 21 décembre 2017. Une enquête pour "disparition inquétante" a été ouverte. Aucune piste n'est privilégiée pour le moment.

David Ange Zotchi a disparu dans la nuit du 20 au 21 décembre 2017, après une soirée arrosée dans une boite de nuit. Une enquête pour disparition inquiétante est ouverte.
David Ange Zotchi a disparu dans la nuit du 20 au 21 décembre 2017, après une soirée arrosée dans une boite de nuit. Une enquête pour disparition inquiétante est ouverte. - Photo DR

Bordeaux, France

Une enquête est ouverte pour "disparition inquiétante". David Ange Zotchi ne donne plus signe de vie, depuis la nuit du 20 au 21 décembre dernier. Elève togolais, venu étudier à Bordeaux, il s’était rendu, ce soir là, dans une boite de nuit du quartier des Chartrons. Ses amis s’inquiètent aujourd’hui, mais la brigade départementale de protection des familles est confrontée à plusieurs difficultés.

Les enquêteurs doivent faire face à un signalement tardif

Les enquêteurs sont engagés dans une course contre la montre. Ils ont été alertés tardivement, ce mardi. La police essaye de visionner les vidéosurveillances des boîtes de nuit. Mais la plupart ne sont conservées que de manières temporaire, et certaines ont donc été détruites.

Autre point délicat, la soirée était alcoolisée. "Les premiers témoignages étaient confus, ce qui complique la tâche des enquêteurs pour démêler le vrai du faux", expliquent les services de police.

Aucune piste n'est privilégiée pour le moment

Le jeune étudiant togolais, décrit comme étant un élève brillant, avait obtenu une bourse d’Etat pour aller étudier au Maroc. Il était arrivé à Bordeaux en septembre, pour suivre un trimestre à l’Inseec, une école de commerce. Son ordinateur et ses affaires sont toujours dans sa chambre universitaire.

L'une des principales craintes, c'est la piste de la noyade. Toutefois, les enquêteurs ne semblent privilégier, pour le moment, aucune piste particulière.