Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : la famille de Lionel, tué par balle aux Aubiers, appelle au calme

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Après les récentes violences dans la cité Chantecrit de Bordeaux, la famille de Lionel demande l'apaisement des tensions, ce mardi. Lionel avait été tué après une fusillade qui avait fait quatre blessés, en janvier dernier. Par la voix de son avocat, elle fait part de son désarroi.

Maître Yann Herrera, avocat à Bordeaux, épaule les parents du jeune Lionel.
Maître Yann Herrera, avocat à Bordeaux, épaule les parents du jeune Lionel. © Radio France - Bastien Munch

Les violences de la semaine dernière dans la cité Chantecrit ont réveillé la douleur de la famille de Lionel Sesse. Pour rappel, il s'agit de cet adolescent de 16 ans tué le 2 janvier dernier aux Aubiers. Ses parents, par la voix de leur avocat Me Yann Herrera, lancent un appel au calme et à l'apaisement des tensions. "Ils refusent que d’autres jeunes, d’où qu’ils viennent et où qu’ils vivent, puissent être victimes de la même violence que celle qu’ils ont connue et dont ils ne parviennent aujourd’hui à se remettre", explique ce dernier dans un communiqué.

France Bleu Gironde : La famille de Lionel demande la paix pour tous. Pourquoi cet appel au calme et pourquoi maintenant ?

Me Yann Herrera : Par inquiétude, d'abord et malheureusement, les violences continuent. De fait, ils ne peuvent s'empêcher d'y voir un lien avec la mort de leur enfant. Alors, soit dans le même contexte, soit que certains aient pris cela comme prétexte à des violences supplémentaires. Cela les inquiète parce que le retour de flamme est toujours à redouter et lorsqu'on a une descente dans un quartier, on peut légitimement s'inquiéter qu'il y ait le match retour. Eux en ont déjà fait les frais. et ils n'ont pas envie qu'il y ait d'autres morts, d'autres blessés et que ce soit la guerre au sein de leur quartier ou de leur ville.

Les parents s'inquiètent d'un possible lien avec la fusillade qui a entraîné la mort de leur enfant - Me Herrera, avocat de la famille

FBG : En plus de cette inquiétude, il doit y avoir un traumatisme qui refait surface à chaque fois qu'il y a une rixe ?

YH : Il y a effectivement un traumatisme qui ressort parce qu'il est extrêmement pénible de faire le deuil dans des circonstances pareilles. Quand tout vous rappelle à cet événement là - dont aujourd'hui rien ne permet de considérer qu'il ait été autre chose que totalement injuste - forcément cela ravive ces traumatismes-là et on a surtout peur que d'autres proches fassent les frais de ce genre d'égarement.

FBG : Est-ce que l'on peut parler, avec les violences récentes dans la cité Chantecrit, d'une vendetta ? Est-ce que vous avez des informations supplémentaires à ce sujet ?

YH : Moi, je n'ai pas d'information et personne n'en a car ça suppose d'interpeller les auteurs et cela suppose que ces mêmes auteurs assument leurs responsabilités. Enfin ça suppose aussi que ces auteurs revendiquent leur geste. Autant de conditions qui ne paraissent pas réunies. Mais on ne peut pas s'empêcher, à partir d'informations réelles ou supposées, d'y voir un lien. Moi, je ne détiens pas la vérité et la famille de Lionel non plus. Mais les parents s'inquiètent d'un possible lien avec la fusillade qui a entraîné la mort de leur enfant. Forcément, leur premier réflexe est d'éviter que ça se reproduise, de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour l'éviter.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess