Faits divers – Justice

Bordeaux : le décathlonien Romain Barras entendu comme témoin devant les assises

France Bleu Gironde mardi 24 mars 2015 à 14:44

Romain Barras (photo d'archives)

Romain Barras a été cité comme témoin ce mardi matin par les assises de Gironde. Un habitant de Pessac de 40 ans comparait pour pour tentative d'assassinat sur l'un des entraîneurs du décathlonien. L'accusé avait tenté de l’immoler par le feu, parce qu'il avait eu une relation amoureuse avec sa femme.

Romain Barras a été entendu ce mardi matin comme témoin par la Cour d'assises de Gironde, qui juge depuis lundi un pessacais de 40 ans pour tentative d'assassinat. Le champion d'europe de décathlon en 2010 avait porté secours à Bertrand Valcin, l'un de ses entraîneurs, lorsque celui-ci avait été victime d'une tentative d'immolation par le feu.

Pendant trois quarts d'heure, Romain Barras a raconté à la barre sa soirée du 17 septembre 2011. Alors qu'il participe au Décastar de Talence, il accompagne, avec son autre entraîneur Jean-Yves Cochand, Bertrand Valcin chez cet artisan de Pessac, également entraîneur d'athlétisme, qui le harcèle depuis plusieurs mois. Cet homme veut avoir une explication avec l'entraîneur, qui a entretenu une brève relation amoureuse avec son épouse.

"Il nous a expliqué que cet homme était venu deux mois plus tôt chez lui, à Montpellier, pour le menacer et lui mettre une balle dans la bouche. On lui a dit : vas-y, on t'accompagne, comme ça, vous avez une explication une bonne fois pour toute". — Romain Barras

Le sportif et son autre entraîneur se rendent à Pessac, puis arrivés devant la maison, attendent, assis dans la voiture. Trois à quatre minutes plus tard, ils entendent des cris, puis voient sortir dans le jardin, la jeune femme, puis leur ami, transformés en torches vivantes. 

"Il y avait des flammes partout. Bertrand avançait difficilement, à moitié en rampant. Je suis resté pétrifié, et c'est Jean-Yves qui est allé éteindre les flammes avec ses mains. C'était la panique totale".

Romain Barras voit alors un homme se précipiter à leurs trousses, un bidon à la main. L'agresseur présumé fait demi-tour, pénètre à nouveau  dans la maison et en ressort armé de deux grands couteaux de cuisine.

"Ce qu'il a dit à Bertrand restera à jamais gravé dans la tête. « Tu brûles, mais moi çà fait des mois que tous les jours, je brûle à l'intérieur. Tu vas brûler, et tu vas t'en souvenir toute ta vie »."

Le sportif doit à deux reprises interrompre son récit à cause de l'émotion. Il raconte enfin comment ils ont alerté les secours, puis la police. Bertrand Valcin, brûlé au 3e degré aux bras et aux jambes, garde des séquelles de cette agression, tout comme l'ex-épouse de l'accusé. Responsable du pôle France à Montpellier, il ne peut plus pratiquer le sport comme il le faisait auparavant.

Tout l'enjeu de ce procès, dont le verdict est attendu jeudi soir, est de savoir si, comme le soutiennent les parties civiles, il s'agit d'un acte prémédité ou si, comme l'affirme la défense, l'accusé a voulu leur faire peur, et que le feu a pris accidentellement.

palais justice bordeaux - Radio France
palais justice bordeaux © Radio France