Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : le patron de la discothèque La Plage convoqué au tribunal pour violences

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gironde

Le patron de la discothèque La Plage, quai de Paludate, à Bordeaux, ainsi qu'un de ses serveurs, ont passé un bonne partie de ce mercredi en garde à vue. Entendus dans le cadre d'une affaire de violences, qui remonte au mois de janvier dernier, ils seront convoqués devant la justice.

La discothèque La Plage se situe sur le Quai de Paludate, à Bordeaux
La discothèque La Plage se situe sur le Quai de Paludate, à Bordeaux - Capture d'écran Google Streetview

Bordeaux, France

La garde à vue a duré une bonne partie de la journée. Patrick Lalanne, le patron de la célèbre boîte de nuit bordelaise, a été entendu par les enquêteurs de la Sûreté urbaine dans une affaire de violences. Les faits et la plainte remontent au mois de janvier dernier. Ils sont survenus  dans l'établissement lui-même.

La plainte a été déposée par des clients indélicats qui avaient été brutalement éconduits par le patron et l'un de ses serveurs. Des coups ont été portés. Les deux hommes, qui ont reconnu les faits, seront convoqués mi-novembre devant le tribunal correctionnel de Bordeaux.

Ce n'est pas la première fois que l'établissement apparaît dans une enquête. L'an dernier, en mai 2018, la préfecture avait décidé d'une fermeture administrative de l'établissement pour 15 jours, en raison "d'atteintes répétées à l'ordre public" sur le quai de Paludate. À l'époque, le patron de la boîte avait fait amende honorable, affirmant "ignorer jusque là" ces problèmes de violence, "pas dignes d'une discothèque" comme la sienne. Il avait alors promis de "prendre les mesures qui s'imposent".