Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : le serial creveur de pneus sera jugé en mai prochain

jeudi 30 novembre 2017 à 16:20 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu

L'homme de 45 ans, interpellé en début de semaine, a été placé sous contrôle judiciaire , après sa mise en examen pour destructions et dégradations volontaires. Soupçonné d'avoir crevé les pneus de 6 000 véhicules depuis sept ans, il agissait de façon méthodique et obsessionnelle.

pneus crevés - illustration
pneus crevés - illustration © Maxppp -

Bordeaux, France

Le serial creveur de pneus comparaîtra le 18 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour destructions et dégradations volontaires de bien d'autrui . Le parquet avait demandé sa remise en liberté sous bracelet électronique. Il a finalement été placé sous contrôle judiciaire.

Cet homme de 45 ans a été interpellé en début de semaine, à 2h du matin, devant son domicile alors qu'il s'apprêtait à passer à nouveau à l'action dans le quartier Caudéran. Il a reconnu avoir depuis 2011 crevé les pneus de 6 000 véhicules dans toute l'agglomération bordelaise.

Les policiers avaient ouvert une enquête en décembre 2014, après le dépôt d'une centaine de plaintes, au commissariat de quartier des Capucins. Ils ont finalement réussi à identifier le suspect au mois d'octobre, grâce au photos prises par l'une des victimes , et grâce à des images de vidéo-surveillance.

De gauche à droite : Nicolas Perez, chef de la sûreté départementale; Brigitte Jullien, directrice départementale de la sécurité publique, et Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République de Bordeaux - Radio France
De gauche à droite : Nicolas Perez, chef de la sûreté départementale; Brigitte Jullien, directrice départementale de la sécurité publique, et Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République de Bordeaux © Radio France - Pierre-Marie Gros

L'homme a été examiné par un psychiatre, et reconnu à ce stade responsable de ses actes. Un psychiatre qui a mis en avant une personnalité "obsessionnelle, solitaire et méthodique".

Il avait un petit carnet où il notait les opérations réalisées, et les opérations à venir : tout était déjà programmé jusqu'à fin 2018. Il avait découpé l'agglomération en zones, qu"il avait numérotés, et toujours habillé en costume, il sévissait de nuit , entre 2 h et 5 h du matin, dans les rues où il savait qu'il n'y avait pas de caméras de vidéo-surveillance. Il crevait les pneus avant et arrière, côté trottoir , avec un petit poinçon" - Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République de Bordeaux.

"Il y avait le poinçonneur des Lilas, nous avons le poinçonneur de Bordeaux" Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République

Cet homme qui vit seul, qui ne travaille pas et qui n'a pas de famille, a reconnu devant les enquêteurs qu'il voulait "se venger de la société".

Il nous a beaucoup parlé pendant sa garde à vue, et il nous a expliqué - ce sont ces mots - qu'il partait exprimer son mal-être. Il dit qu'il a besoin de reconnaissance, car dans sa jeunesse, il a été maltraité, et la société n'a pas reconnu les violences qu'il avait subies. Du coup, il a envie de faire parler de lui. - Le commissaire Nicolas Perez, chef de la sûreté départementale, qui a coordonné l'enquête.

"Il noua a expliqué qu'il partait exprimer dans la rue son mal-être" le commissaire Nicolas Perez, chef de la sûreté départementale

Les policiers ont enregistré au total 1 100 plaintes, mais le suspect lui-même parle de 6 00 victimes. Le préjudice est estimé à au moins 400 mille euros. Le suspect , qui sera donc jugé dans 5 mois, risque deux ans de prison et 300 000 euros d'amende.