Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Euratlantique à Bordeaux : le sort du chantier Lumi, à l’arrêt depuis juillet, examiné par la justice

-
Par , France Bleu Gironde

La justice bordelaise doit se pencher ce mardi sur le dossier qui oppose depuis l'été dernier l'entreprise Fayat au promoteur de logement sociaux HLM Clairsienne. Au coeur du différend : le chantier Lumi, quai de Brienne, actuellement à l'arrêt.

Le chantier Lumi est à l'arrêt depuis l'été dernier
Le chantier Lumi est à l'arrêt depuis l'été dernier © Radio France - Oanna Favennec

Au coeur de ce litige : la construction d'un ensemble immobilier de 20.000 m2 quai de Brienne au coeur du nouveau quartier Euratlantique. En juillet dernier Fayat a annoncé qu'il stoppait les travaux. Le constructeur a considéré que le promoteur (HLM Clairsienne) lui demandait des modifications techniques impossibles à réaliser en cours de route. Une médiation a été engagée mais elle s'est soldée par un échec.  Le tribunal de commerce de Bordeaux va devoir trancher et on ne sait pas quand les travaux pourront reprendre.

Baptisé LUMI, pour lieu à usages multiples et innovants, ce projet immobilier était censé être livré en septembre 2020. Sur les plans : 189 logements, dont 130 en locatif social et 7.000 mètres carrés de bureaux.

Fayat recense une centaine de points de désaccord portant par exemple sur le système de désenfumage ou la taille des cages d'escaliers. Sur un budget initial de 62 millions d'euros, ces modifications représenteraient un surcoût d'environ 10 % et le constructeur n'a pas l'intention de régler la facture. C'est donc à la justice de trancher. Les futurs propriétaires, eux, attendront pour pendre la crémaillère.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu