Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux: le tueur au marteau condamné à 25 ans de prison

jeudi 16 novembre 2017 à 15:57 Par Seina Baalouche, France Bleu Gironde

Ce jeudi, le verdict est tombé. Les jurés de la cour d'assises de la Gironde ont suivi les réquisitions de l'avocat général. Les derniers mots de l'accusé, avant les délibérations, ne les ont donc pas convaincus.

La boutique de téléphonie Cours de la Marne
La boutique de téléphonie Cours de la Marne © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux

25 ans de réclusion criminelle pour ce ressortissant congolais accusé d'avoir tué à coups de marteau un pakistanais employé dans un magasin de téléphonie du cour de la Marne à Bordeaux. L'accusé admet le meurtre mais tout au long du procès il a contesté l'avoir commis dans le cadre d'un vol. Sa version des faits rapporte une agression sexuelle. L'avocat général n'y a pas cru. Ce jeudi, les jurés ont suivi ses réquisitions.

Un visage impassible

Lorsque la sentence tombe, l'homme affiche un visage impassible. Debout et les mains jointes devant lui, l'accusé a presque l'air absent en écoutant le président. L'homme ne comprend pas tout de suite. Et quand le magistrat prend le temps de lui expliquer une nouvelle fois le verdict, l'accusé garde cette même expression. Un manque d'émotion visible que lui ont d'ailleurs reproché l'avocat général et l'avocat de la famille de la victime durant le procès.

L'accusé n'a pas changé sa version des faits

Plus tôt dans la matinée, avant les délibérations, l'accusé décide de prendre la parole. Il ne change pas sa version des faits mais sort de sa poche un courrier adressé à la famille de la victime. Une lettre dans laquelle il s'excuse une nouvelle fois et dit regretter son geste: "cette douleur je la porterai tout au long de ma vie. Cela fait deux ans que je ne dors pas, ma tête va exploser." Ces mots forts, l'accusé les lit d'une voix monocorde, les yeux rivés sur sa feuille. Cette dernière intervention n'a pas convaincu les jurés qui ont durant les délibérations choisi la peine la plus lourde.