Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : ouverture ce lundi du procès du tueur au marteau

lundi 13 novembre 2017 à 4:01 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu

Un Congolais de 37 ans va comparaître à partir de ce lundi après-midi devant la cour d'assises de Gironde. Il est accusé du meurtre de l'employé d'une boutique de téléphonie à Bordeaux début 2016.

La boutique de téléphonie Cours de la Marne
La boutique de téléphonie Cours de la Marne © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

Les faits remontent au 25 janvier 2016 à Bordeaux. Le prévenu est accusé d'avoir tué à coups de marteau un Pakistanais de 28 ans dans une boutique de téléphonie, cours de la Marne. Selon les enquêteurs le ressortissant congolais s'était caché à l'arrière du magasin afin de commettre un vol. Il aurait été surpris par la victime, un employé de la boutique.

C'est le gérant de la boutique qui a découvert le corps ensanglanté de la victime, le crâne complètement défoncé. L'homme à terre est un jeune pakistanais, apparemment sans histoires. Il serait tombé nez à nez avec son agresseur et a cherché sans doute à protéger le commerce de son patron.

C'était un jeune homme aimé de tous, qui a simplement voulu empêcher un cambriolage et qui l'a payé de sa vie - Maître Thierry Lampe, avocat de la famille de la victime

Les enquêteurs ont mis à peine trois semaines pour boucler l'enquête. Une trace ADN a permis de remonter la piste du tueur au marteau et de l'arrêter sur son lieu de travail à Mérignac. Placé en détention, il a reconnu les faits. Il dit regretter son geste mais il conteste le mobile : "Je n'étais pas là pour cambrioler la boutique de téléphonie", a t-il expliqué au juge d'instruction.

En 2009 il avait été surpris dans la même position, marteau à la main, dans un commerce qu'il cherchait à cambrioler. C'est un antécédent qui devrait peser lourd dans la balance cette semaine aux assises de Gironde.