Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux - Politique : le procès des frères Cazabonne reporté

dimanche 10 juin 2018 à 20:04 - Mis à jour le lundi 11 juin 2018 à 10:58 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

L'ex-maire de Talence et actuel sénateur Alain Cazabonne , et son frère jumeau Didier, adjoint au maire de Bordeaux, devaient être jugés ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Mais le procès vient d'être reporté au 9 juillet.

Le sénateur Alain Cazabonne, maire de Talence jusqu'en octobre 2017
Le sénateur Alain Cazabonne, maire de Talence jusqu'en octobre 2017 © Maxppp - Maxppp

Talence, France

Trois prévenus devaient comparaître ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel : les frères jumeaux Alain et Didier Cazabonne, et le gérant actuel de la société Aquitaine Bureau informatique.  Mais le procès vient d'être reporté, en raison de l'indisponibilité du président, souffrant. Une nouvelle audience a été fixée au 9 juillet. 

C'est en effet autour de cette société que s'articule l'affaire. La société ABI, spécialisée dans le matériel de bureau a été fondée, entre autres, par les frères Cazabonne. Ils l'ont ensuite cédée, avant d'entrer en politique, mais y ont conservé des parts. 

Il est aujourd'hui reproché à Alain Cazabonne d'avoir signé des marchés municipaux avec ABI au nom de la ville de Talence, pendant plusieurs années. Au moment de sa garde à vue, en septembre dernier, l'ex-édile avait plaidé la négligence, affirmant que l'entreprise avait plusieurs fois changé de nom, et qu'il ne s'était rendu compte de rien. Ce sera probablement la stratégie de son conseil maître Gonthier. 

Ce qui lui vaut d'être notamment poursuivi pour "atteinte à la liberté d'accès ou à l'égalité des candidats dans les marchés publics", en d'autres termes de favoritisme. Le code pénal prévoit dans ce cas une peine pouvant aller jusqu'à 2 ans de prison et 30 000 euros d'amende.  

Des remboursements de frais suspects

Son frère jumeau Didier, lui, doit répondre d'abus de biens sociaux. En l'occurrence d'avoir perçu de la part d'ABI le remboursement de frais de restauration ou de frais kilométriques pendant presque quatre ans. La  loi prévoit une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement et jusqu'à 375 000 euros d'amende.

Le troisième prévenu, l'actuel gérant de la société pour recel de favoritisme, est de son côté poursuivi pour avoir bénéficié des marchés passés avec la ville de Talence.