Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : un homme condamné à deux ans de prison pour avoir brûlé onze voitures

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Un homme de 27 ans a été condamné à deux ans de prison par le tribunal correctionnel de Bordeaux, ce lundi. En janvier dernier, il avait brûlé onze véhicules cours de l'Argonne. Il maintient avoir agi sous l'emprise d'une forte dose de médicaments.

Le tribunal correctionnel de Bordeaux
Le tribunal correctionnel de Bordeaux © Radio France - Stéphanie Brossard

L'homme a été condamné à deux ans d'emprisonnement pour avoir brûlé onze voitures dans deux résidences situées cours de l'Argonne, dans la nuit du samedi 19 janvier. Son procès s'est déroulé lundi 25 février au tribunal correctionnel de Bordeaux, il avait déjà reconnu les faits en comparution immédiate le 21 janvier dernier. Par contre, il a nié avoir agi en pleine possession de ses moyens. Il affirme avoir perdu le contrôle cette nuit-là, après avoir avalé un médicament en surdose. 

Un moment d'égarement sous l'effet d'une drogue ou la simple récidive d'un homme au casier judiciaire déjà bien garni ? La question était au cœur du procès. Cette nuit du 19 janvier, vêtu d'un jogging et d'un sweat-shirt noirs, il va de parking en parking, un tournevis et un briquet à la main. La tenue du parfait cambrioleur, pour la procureure. Il casse une boîte aux lettres, met le feu à onze voitures "en allumant le garde boue avec un briquet", explique l'accusé. "Mais plus les heures passent, moins les souvenirs sont précis", ajoute-t-il. "A partir de la quatrième voiture, je ne me souviens plus de rien". La faute selon lui à cette plaquette d'anxiolytiques, du Seresta, qu'il aurait avalés en surdose après un accrochage avec quelqu'un dans le tramway. 

"Mais il y a aussi ces faits de violences, contre un policier, après votre interpellation," rappelle la procureure.  "Et alors là, les bras m'en tombent, vous dites que vous retrouvez la mémoire : ce n'est pas vous qui avez porté le premier coup." L'expertise psychiatrique, dont la réalisation avait provoqué le renvoi du premier procès, montre que l'homme est en pleine possession de ses moyens. 

A 27 ans, son casier judiciaire est déjà bien rempli avec dix condamnations en dix ans. Le dernier fait remonte à 2014. La preuve, pour son avocat Nicolas Boux de Casson, que depuis, il s'est assagi et qu'il s'agit là d'un dérapage. La démonstration aussi, selon lui, "que ce sont des soins et non des médicaments dont il a besoin". 

La présidente suit finalement les réquisitions et condamne l'accusé à deux ans de prison.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess