Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : l'homme qui s'accuse du meurtre de sa voisine, mis en examen

mercredi 11 avril 2018 à 8:52 - Mis à jour le mercredi 11 avril 2018 à 17:54 Par Olivia Chandioux et Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Une femme de 64 ans a été retrouvée morte lundi soir dans son appartement quartier à Mériadeck à Bordeaux. Son voisin de 57 ans s'est lui même dénoncé aux policiers. Il devrait être mis en examen pour viol et meurtre précédé, accompagné ou suivi d'un autre crime ce mercredi soir.

La femme de 64 ans a été retrouvée sans vie à son domicile lundi soir.
La femme de 64 ans a été retrouvée sans vie à son domicile lundi soir. © Maxppp - Photo d'illustration

Bordeaux, France

Un Bordelais de 57 ans vient d'être déféré ce mercredi soir devant un juge d'instruction à Bordeaux, pour être mis en examen pour viol et meurtre précédé, accompagné ou suivi d'un autre crime, sur sa voisine de 64 ans, lundi soir, dans l'appartement qu'elle occupait dans un immeuble du quartier Mériadeck à Bordeaux. 

Poursuivi par des loups

C'est lui même qui s'était dénoncé lundi soir, en se présentant à l'accueil du commissariat central à Bordeaux, un couteau à la main, plutôt confus, et en affirmant qu'il avait tué sa voisine de palier au troisième étage de leur immeuble. Des aveux, sans plus de précisions, hormis qu'il expliquait également s'être réfugié chez elle... parce qu'il était poursuivi par des loups.

L'autopsie met en évidence des violences sexuelles. Ce qu'il conteste

Les 48 heures qu'il vient de passer en garde à vue n'ont pas permis de lui faire dire autre chose. Il n'a manifestement pas été très loquace. Mais l'autopsie a permis de constater que sa victime avait probablement été violée (ce qu'il conteste) avant de mourir "par syndrome d'asphyxie", précise le communiqué du Parquet de Bordeaux. Des réquisitions de placement en détention provisoire ont été prises, pour éviter toute pression sur d'éventuels témoins et pour permettre à l'enquête d'avancer, de comprendre pourquoi il s'en est pris à sa voisine et amie, comme il a semblé la décrire devant les policiers. 

Une expertise psychiatrique va être diligentée dans les prochains jours. Cet homme de 57 ans n'était pas connu des services de police et de justice. Il n'avait jamais été condamné.