Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : un prêtre condamné à quatre mois de prison avec sursis pour agressions sexuelles

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Au terme de plusieurs mois d’enquête, l’abbé Jean-Pierre Ranga a comparu ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Il devait répondre du délit d’agressions sexuelles. Il a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et 1500 euros de dommages et intérêts.

Le prêtre bordelais avait agressé une jeune paroisienne en janvier 2018
Le prêtre bordelais avait agressé une jeune paroisienne en janvier 2018 © Radio France - HECKLER Pierre

Bordeaux

Les faits remontent à janvier 2018. Le prêtre, chargé de l'ensemble pastoral de Bordeaux-Boulevards sur Caudéran et Saint-Augustin, a agressé une jeune fidèle lors d'une animation de la paroisse. Il a tenté de l'embrasser et lui a caressé la poitrine.  Dénoncé par la victime, il avait reconnu les faits lors de son interrogatoire face aux enquêteurs. Placé en garde à vue en avril 2018, l'abbé septuagénaire avait cessé sa mission auprès des paroissiens. 

Devant les juges, ce mercredi, il a avoué de nouveau. Reconnu coupable et condamné à la prison avec du sursis, il ne sera pas toutefois inscrit au fichier judiciarisé des auteurs d'agressions sexuelles. 

L'évêché demande pardon

Dans un communiqué, l'évêché de Bordeaux confirme que le prêtre a bien été déchargé de ses responsabilités pastorales. Comme le prévoit le droit de l'Eglise, une enquête canonique va maintenant être engagée pour rendre pleinement justice à la victime. "Nous demandons pardon à la victime pour les violences et le dommage qu'elle a subis. Nous assurons tous ceux et celles qui ont été touchés directement par ces événements de notre soutien dans la prière" peut-on lire dans ce communiqué. 

Depuis 2016, le diocèse de Bordeaux a mis en place une cellule d'écoute auprès des fidèles qui seraient victimes de telles agressions. 

Choix de la station

France Bleu