Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bordeaux : une jeune femme condamnée pour apologie du terrorisme

-
Par France Bleu Gironde

Lors d'un contrôle policier, jeudi au petit matin, elle avait traité les victimes de Charlie Hebdo de "bâtards" : une jeune fille de 18 ans a écopé vendredi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux de 210 heures de travaux d'intérêt général. Le parquet avait requis quatre mois de prison avec sursis. Son avocate parle de "provocation stupide" sous l'emprise de l'alcool.

tribunal bordeaux
tribunal bordeaux © Radio France

Une jeune fille de 18 ans, jugée vendredi après-midi en comparution immédiate, a été condamnée par le tribunal correctionnel de Bordeaux à 210 heures de travail d'intérêt général pour outrage à agents et apologie du terrorisme.

Jeudi à l'aube, alors qu'elle rentrait de discothèque avec des amis, elle avait copieusement insulté les policiers qui venaient d'interpeller un de ses amis quai de Paludate pour conduite en état d'ébriété. Elle s'en était pris aux victimes des attentats en déclarant : "Je baise les morts de Charlie Hebdo. C'est bien fait pour eux, ces bâtards".

Lors de l'audience, après 24h de garde à vue, la jeune fille a le plus grand mal à expliquer ces propos.

"Je ne sais pas pourquoi j'ai dit çà, j'étais très énervée, mais je regrette". — La prévenue

La jeune femme avait bu, elle avait 1,2 gramme d'alcool dans le sang. Mais ça n'explique pas tout, et ça n'excuse rien, pour la procureure de la République, qui a requis quatre mois de prison avec sursis et 2.000 euros d'amende. 

"Ces paroles sont insupportables et intolérable saprès la tragédie que nous venons de vivre. Les faits sont à replacer dans leur contexte, même si on ne juge pas le contexte". — Sandra Desjardins, représentante du parquet

L'avocate de la défense a certes reconnu qu'il s'agissait de propos excessifs, mais dénués de toute idéologie.

"Ma cliente est certes musulmane, mais elle n'est pas intégriste, même pas pratiquante. Ses propos ont manifestement dépassé sa pensée. Elle a dit celà sous l'effet de l'alcool, pour provoquer, pour frapper là où çà fait mal". — Maitre Valentine Poret

Et après ce jugement qu'elle a qualifé de mesuré, la défense a exprimé sa satisfaction.

"Il y a un contexte bien particulier, mais c'est fondamental de juger quelqu'un pour un fait précis, et pas pour autre chose. Le tribunal a su faire la part des choses. Ma cliente a très bien compris que les juges avaient fait preuve de mansuétude à son égard, et ce type de peine permettra de la faire réfléchir sur les conséquences de ses propos". — Maitre Poret

La jeune femme devra également verser 400 euros de dommages et intérêts à chacun des deux policiers qu'elle a insultés.

"Le tribunal a su faire la part des choses"