Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bosch Rodez : le patron du groupe confirme aux salariés les prévisions de 515 emplois en moins d’ici 2025

-
Par , France Bleu Occitanie

Les salariés de "la Bosch" à Rodez étaient très fermés après la rencontre avec leur patron pendant une heure ce jeudi midi. Heiko Carrié a confirmé le chiffre de 515 emplois en moins d'ici 6 ans. Il a aussi annoncé la création d'une nouvelle chaîne possible autour d'usinage de pièces en alu.

Les 1200 salariés de la Bosch étaient réunis en AG autour de leur patron ce midi.
Les 1200 salariés de la Bosch étaient réunis en AG autour de leur patron ce midi. © Radio France - SM

Onet-le-Château, France

C’est un chiffre qui circulait depuis quelques jours, notamment depuis le déplacement des syndicats en Allemagne et au ministère de l'économie à Paris la semaine dernière. Ce jeudi midi, le Président de Bosch France Benelux Heiko Carrié est venu dans le site des l’usine Bosch d’Onet-le-Château. Pendant une heure, de 13h45 à 14h45, il a rencontré les salariés réunis en assemblée générale. Une rencontre à la demande notamment du syndicat SUD. Le dirigeant a confirmé que le groupe allemand prévoit une réduction importante du nombre de salariés sur le site aveyronnais. Le chiffre avancé est de 824 salariés en 2025 contre entre 1400 et 1500 actuellement. Le groupe allemand prévoit donc 515 départs volontaires liés au sureffectif.  Des difficultés liées à la chute des ventes de diesels dans cette entreprise qui fabrique des injecteurs pour moteur. Le syndicat SUD insiste lui, si aucun accord n'avait été signé "700 à 800 postes auraient été supprimés dès maintenant." 

700 emplois menacés pour la CGT 

De son côté la CGT fait un autre calcul et parle plutôt de près de 700 emplois en moins. 515 liés au sureffectif et autour de 200 liés à la pyramide âges et au départs naturels dans l'entreprise. "C'est les mêmes scénarios qui se sont dessinés à Vénissieux ou à Beauvais. La fermeture est annoncée quand les effectifs sont devenus suffisamment bas et économiquement raisonnables pour fermer le site" insiste Yannick Anglares sécrétaire de la CGT Bosch Rodez. 

Une piste autour de l'usinage alu ? 

Ce plan de départ ne tient pas en compte des possibles diversifications du site qui sont toujours à l’étude dans le cadre du groupe de réflexions industrielles. Plusieurs projets sont travaillés ( aéronautique, horlogerie, usinage de barres de torsions. ) Mais pour le moment aucun projet n’est opérationnel ni n'a de calendrier concret. Le président du groupe Bosch en France a toutefois parlé d’une nouvelle piste autour d'usinage et d'assemblage de carter en alu. Une solution qui pourrait pérenniser plusieurs dizaines d’emplois et qui devrait être dévoilé à la fin du mois de juillet.