Faits divers – Justice

Bosdarros : un adolescent de 14 ans mis en examen pour tentative de meurtre sur sa soeur

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu lundi 16 janvier 2017 à 21:03

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Le jeune garçon a fait feu sur sa sœur de 18 ans, dans la maison familiale à Bosdarros. Elle a été grièvement touchée au visage mais ses jours ne sont plus en danger. Le parquet ouvre une enquête pour tentative de meurtre.

Un drame familial est survenu à Bosdarros vendredi en fin d'après midi, avant la nuit. Un jeune garçon de 14 ans a tiré sur sa soeur de 18 ans avec un fusil de chasse. Il l'a grièvement blessée, au visage principalement. Elle était encore à l’hôpital lundi, mais ses jours ne sont plus en danger. Elle a quitté les soins intensifs. L'enfant, malgré son jeune âge, a été placé en garde à vue pendant 24 heures et mis en examen samedi, pour tentative de meurtre.

Une enquête ouverte sur la plus grave des thèses

Cette mise en examen est en fait le cadre de l'enquête. Et la justice a pour habitude d'ouvrir au plus large. Cette enquête, qui ne débute qu'à peine, va peut être conclure à un accident. L'enfant n'a été entendu que très peu de temps, et les gendarmes de la brigade de recherche de Lescar sont bien sûr restés très mesurés dans leur interrogatoire. L'enfant est lui aussi sous le choc évidemment. On ne sait donc que très peu de choses sur les circonstances. Il est rentré du collège. Il avait passé une mauvaise journée. Il s'est disputé avec sa sœur comme un frère et une grande sœur peuvent le faire. Il a goûté, et ensuite, il a vu des palombes dans le jardin. Il s'est emparé du fusil de son père, qui était pourtant caché. Après c'est très flou. La dispute a-t-elle repris ? Il n'y a eu qu'un coup de feu, tiré sur le balcon de la maison. Les plombs ont atteint la jeune fille au visage et à la gorge. Ses jours ne sont plus en danger. Mais elle pourrait garder des traces de ce drame terrible.

Les parents sont atterrés, consternés. Ils sont tantôt au chevet de leur jeune fille et par ailleurs ils doivent prendre soin de leur fils. Ils sont tiraillés entre leurs deux enfants. Ils sont bouleversés. Les premières déclarations de ce garçon sont très floues. Il faut laisser l’enquête suivre son cours, que la jeune fille soit interrogée, et surtout qu'il y ait un examen de la psychologie et la personnalité de ce très jeune garçon qui a à peine 14 ans". — L'avocate du jeune mis en cause

Me Stéphanie Germa, l'avocate de l'adolescent témoigne de la souffrance de la famille

L'enfant a été laissé libre et confié à un tiers par la justice.